Le burn-out de Marc

A peine en route vers son travail, Marc se sent fatigué et angoissé. Il respire pour se donner une contenance. Il veut malgré tout continuer car son boulot, c’est sa raison de vivre, surtout l’accompagnement des jeunes qu’il voit galérer mais progresser chaque jour. Même si au fond de lui, il y croit, sur place, il n’a plus d’énergie. Il est comme un zombie faisant ce qu’on lui demande de faire. Il essaie de montrer un meilleur visage. Et pourtant, son visage est ravagé par la désespérance. Tout ce qu’il entreprend, c’est sapé par certains de ses collègues et surtout minimisé ou ignoré par l’institution. Il boit du café pour tenir. Quand il revient chez lui, il n’a plus la force de faire du sport ni de regarder la télévision. Il sombre dans des idées noires les plus profondes. Sa poitrine le serre. Il se sent tiraillé entre ses principes, ses valeurs et ce qu’il vit au boulot, complètement contraire à ce qu’il imaginait du travail social. Rentabilité, efficacité, calcul.  C’est pas de l’accompagnement au boulot. C’est la loi du plus fort et le pouvoir écrasant l’autre.

Au boulot, il est devenu sourd aux cris des jeunes. Il s’est habitué alors qu’il sait pertinemment que c’est pas gérable. Il y a de la plainte constante, des commérages, des médisances. Une atmosphère qui engendre une insécurité inimaginable chez les jeunes.

Marc en voudrait finir. Mais non, il ne peut pas abandonner ces jeunes. Puis il y tient trop à la vie même si en ce moment, elle est invivable.

Un matin, Marc ne peut plus se lever pris dans des bouffées d’angoisses. Il tente de se redresser mais les vertiges l’emmènent au fond de son lit. Il saisit son portable sur sa table de nuit. « Impossibilité de venir aujourd’hui. Je vais voir le médecin. Je vous tiens au courant ».

Rendez-vous pris. Une amie l’emmène. Le verdict tombe. Arrêt de deux semaines pour surmenage, et même épuisement professionnel. Prise d’antidépresseurs et d’anxiliotique. Il en ressort avec de la honte. Il dira juste qu’il a une forte grippe.

Solitude extrême. Et pourtant, le burn-out touche beaucoup de personne en ces temps de crise, de pression des patrons, des dirigeants dans tous les domaines, encore pire dans le médico-social.

Marc s’est senti devenir une machine à éduquer, un robot programmé sans libre-arbitre, sans conscience.

Jusqu’où Marc serais-tu allé ? Jusqu’à qu’un fil se casse ? Et que ton psychisme soit à jamais ébranlé et fragilisé ? La santé mentale est primordiale.

Ne restez jamais seuls dans vos souffrances. Ce n’est pas une honte de consulter un psychiatre, un psychologue. Ce n’est pas une honte de prendre soin de soi. Comment prendre soin de l’autre si on ne prend pas soin d’abord de soi ?

Bref, j’ai écrit un projet

Il est temps que j’écrive le projet de Bryan.

Un PPA : Un Projet Personnalisé d’Accompagnement.

Un PPI : Projet Pluridisciplinaire Individuel.
Un PPE : Un Projet Personnalisé d’Emancipation

Un PPO : Un Projet Pluridisciplinaire d’Orientation

Un PPU : Un Projet Personnalisé Unitaire

UN PPY : Un Projet Pluridisciplinaire de Yoyo

Alors, son anamnèse. Son histoire plus exactement.

Qui sont ses parents ? Son parcours de vie ? Ses conditions de vie ?

Son parcours dans la famille. Un foutoir pas possible.

Maintenant, son parcours scolaire. Merde, où ai-je mis mes notes ?

Sacré phénomène que ce Bryan. Un artiste hors pair qui met du neuf dans toutes ses matières.

De la vraie matière grise. Un génie de la discipline artistique.

Bref, recentrons-nous. Avis de la psychologue.

Où est mon dictionnaire ?

C’est important que je retranscrive dans un langage clair et net, valorisant pour le jeune sans occulter la réalité, évidemment. Je me mets bien dans la tête que le jeune va lire ce projet ainsi que ces parents. C’est l’idéal bien sûr.

De la diplomatie. Du tact. Choix des mots très importants puis des phrases simples.

Parcours médical ?

C’est là que ça se corse. Mais au regard de ses performances scolaires malgré son handicap, c’est un véritable exploit. Bryan est vraiment étonnant avec son fauteuil roulant tout terrain.

Bilan de la psychomotricienne.

Un véritable feu d’artifice corporel.

Bilan de vie dans le groupe ?

Mince, il me manque le retour d’Emma.

Un véritable tourbillon de vie. Mais vite fatigué le soir ! Cela fait trois ans que je suis son référent. Il a superbement évolué dans son langage et la communication avec ses pairs. Un vrai bavard. Il adore utiliser la langue des signes quand il n’arrive pas à exprimer ses sentiments verbalement.

Quels sont les points positifs de ce qui a été mis en place pour lui ? Et les points négatifs ?

Il a un emploi du temps de ministre. Cela ne va pas du tout. C’est une aberration au vue de sa grande fatigabilité. Favoriser sa créativité. Essentiel pour son épanouissement.

Vie quotidienne ? Très volontaire mais bien maladroit. Mais en nette progression.

Il pourrait être un futur Pistorius avec le coté déjanté et parano en moins !

Maintenant, mes notes de l’entretien avec Bryan, puis de ses besoins.

Leurs demandes ? Pas trop excessives et très réaliste.  Cela fait du bien d’avoir des parents lucides, conscients de la vie de leur enfant.

……

Bon, ma pause syndicale est finie. Je repars rejoindre le groupe.

Bref, j’ai écrit le projet.