[projet 52-2020] semaine 21 – Bibliothèque

Quand j’ai vu le prochain thème, cela semblait une évidence pour moi de quelle bibliothèque j’allais aborder.

Pendant un an, je l’ai désablé (avec un gros pinceau), rangé, renouvelé le stocks de livres pour remplacer les livres années 50 (Bibliothèque verte et rose) pour les remplacer par des livres d’éditions africaine. Non mais ! Il me semblait important de favoriser la culture locale. C’est comme si dans nos médiathèques, nous trouvions que des bouquins d’Angleterre des années 30. (Je ne sais pas ce que ça donnerait d’ailleurs 😀 )

Alors voici la fameuse bibliothèque que j’ai tant parcourue (facile, juste un fond de classe! ). Ce n’est pas sans émotion que je revois la photo. Hélas, je crains qu’elle soit oubliée, sous le sable au fond de cette classe ou dans des cartons. En 2009, les livres étaient inutilisés quand je suis revenu quelques jours. Le sable avait envahi les pages!

Photo 019

C’était en 2006-2007 quand j’étais au Sénégal, en tant que volontaire de la DCC (Délégation Catholique pour la Coopération). Je devais gérer une petite bibliothèque d’un collège privé catholique à Vélingara et assurer une présence auprès des élèves. (Ateliers lectures, tournois de scrabble, surveillance des devoirs…).

Puis au passage, je ne pourrai pas dormir une seule nuit dans un lieu où il n’y pas de bibliothèque (petite ou grande).

Pour découvrir les autres photos des participants à ce projet, c’est sur le site du coté de chez Ma.

 

Journal d’un confiné #9

J’attends que me vienne l’inspiration
Au son des rythmes du balafon.
(Quoi donc ? des percussions ? )
Le ciel est toujours là, avec passion
Avec le soleil qui me nargue.
(Prends tes maux et tu les largues).
Je m’imagine courir auprès des gazelles
Dans la brousse et manger des bretzels.
(Tiens donc, tu n’aurais pas le fièvre ?).
Je m’en vais converser avec Leuk le lièvre,
Et chanter, claqueter avec Dame Cigogne.
(c’est le musique qui te cogne ? )
Je rêve de boire un délicieux bissap
Et que rien ne me trouble, me sape.
(T’as bu du bon ce matin, dis donc!)
Je ne serai pas rien, quelconque
Pour lire des contes africains.
(N’oublie pas les alsaciens !)
Allez, je vous laisse ce matin divaguer
Rever et se laisser zigzaguer.
(Je ne vois pas de quoi tu parles).
Je vous souhaite le principal :
De vivre pleinement l’instant.
(Même quand tu trames, galères !)
Je vous envoie pleins d’ondes positives
Et s’émerveiller devant de belles initiatives.

 

Kolda et Ballade 091 (2)
Pirogue sur un lac dans le Fouladou, près de Vélingara (Sénégal – 2007)

Jeudi photo #14 – Souvenirs sénégalais

En vue du café-littéraire à l’auditorium de Chaponost, ce samedi 6 avril, je vais présenter mon livre « Murmures de la brousse sénégalaise ».  Pour me replonger dans l’ambiance, je vous partage quelques photos des lieux où j’ai passé un an en 20016-2007.

Un mercredi au collège 007.jpg
Cour du collège Jean-Paul II de Vélingara (cela a du bien changé depuis, surtout le grand arbre à droite qui a été coupé 😦 )
Un mercredi au collège 102_01.JPG
Cour du collège Jean-Paul II de Vélingara 
Photo 216.jpg
Devant ma chambre
Photo 213.jpg
Ma chambre ! Bureau où j’écrivais la plupart de mes poèmes et mon carnet de bord
Vélingara et collège 056.jpg
Dans une rue de Vélingara
Vélingara et collège 011
Rassemblement familiale

 

Photo 119_01.JPG

IMG_0192_01.JPG
Quelque part dans la brousse près de Vélingara
Photo 102.jpg
Le début de mon addiction au Bissap (jus aux fleurs d’hibiscus)
IMG_0178
Ma mission de bibliothécaire (dépoussiérage de tous les livres tous les deux jours obligatoire)
Kolda et Ballade 021.jpg
En sortant de Vélingara (selon mes souvenirs, peut-être le village d’après)
Photo 100.jpg
Un plat unique pour repas! là, c’était du porc (porc que j’avais vu mourir égorgé le matin même!)
Photo 158
Aux abord du Collège quand les pluies reviennent après 9 mois de saison sèche !

Et pour finir, un joli clin d’oeil à un de mes collègues professeurs, Charles, sur son fameux vélo bleu !

Senghor 009.jpg

Murmures de la brousse sénégalaise en ebook

Bonjour à chacun et chacune

En attendant mes prochains ebooks sur la surdité et le social, j’ai le plaisir de vous annoncer que mon recueil de poèmes est en format ebook, accessible sur ma nouvelle page crée pour :

https://vivien-apprendreaecouter.learnybox.com/murmures-de-la-brousse-senegalaise/

Vous aimez la poésie et rêver ? Vous y êtes !

Venez nombreux vous inscrire pour être tenu au courant pour la parution des prochains ebook

Pour ceux qui ne le saurait pas, j’ai une page facebook :  https://www.facebook.com/Vivienapprendreaecouter/

Au plaisir de vous lire et je vous souhaite une très bonne journée

Mon expérience au Sénégal – Vlog 2 – Vivien Apprendre à écouter

Bonjour à tous,

Voici un partage de mon expérience en tant que volontaire de la Délégation Catholique pour la Coopération, et tant que sourd appareillé.

Je compte sur vous pour partager cette vidéo autour de vous et vous souhaite un très bon week-end

 

Souvenirs du Sénégal : Déclamation d’un poème par 8 collégiens

En faisant le tri dans mes affaires, je suis retombé sur un papier annoté. C’était un poème que j’avais fait déclamer , il y a 9 ans,  par huit collégiens dont quatre filles et quatre gars! C’était au Sénégal, à Vélingara au Collège Jean-Paul II où je gérais une petite bibliothèque. Cela reste encore un fort souvenir.

Un mercredi au collège 111_01
Le poète

Toi que les dieux ont élu
Pour que ruissellent de chants nos sources
et vibrent de sève nos forêts
pour qu’arides ou herbeuses
nos montagnes soient montagnes
pour que terre soit la terre
Ferveur nos souffles
Fidélité nos coeurs
Hommes nos hommes

Du plus profond de ton âme
du plus tumultueux de ton sang
du plus clair de tes rêves
du plus orageux de tes désirs
du plus intenses de tes incantations
ah, jaillir la puissance de ta foi
le cri de leur délivrance
tu parleras
Tu parleras la langue de ta pureté
pour ceux dont la voix est emmuré
et la vie suspendue

Tu parleras la langue de ton innocence
pour ceux que l’on écrase de calomnie
jusqu’à ce que leur peau en exsude
tu parleras la langue de ta justice
pour ceux dont on aveugle la vue
au fer des barreaux

Tu parleras de ton amour
pour ceux que l’on bat
pour ceux que l’on étouffe
pour ceux que l’on torture
pour les traqués
tu parleras
pour les condamnés
tu parleras
pour les déportés
tu parleras
pour les non jugés
tu parleras
pour les détenus
tu parleras
pour les interdits
tu parleras
pour les sans-défense
tu parleras
pour les sans défense
tu parleras

Pour ces milliers d’êtres morts parmi les morts
que l’on destine à la rage et à la haine
dans les ténèbres des prisons
tu parleras

Car tu hais la violence
tu hais la calomnie
tu hais le mensonge
tu hais la haine
tu parleras

à eux aussi tu parleras

Tu parleras jusqu’aux confins des mers et des nuits
afin que vienne le jour
et qu’à nouveau pour eux
ruissellent de chants nos sources
et vibrent de sève nos forêts
pour qu’arides ou herbeuses
nos montagnes soient montagnes
pour que terre soit la terre
Ferveur nos souffles
Fidélité nos coeurs
Hommes nos hommes
ton être est parole qui réconcilie avec la vie
parle….

de Thomas Rahandraha

(Anthologie de la poésie négro-africaine, Anne-Marie Gey, éditions Edicef -SEA, 2001 )