16 livres pour enrichir ta bibliothèque inclusive

En ce beau jour, je t’offre de la lecture !
Ouvre tes oreilles, tends tes yeux !
(Quoi, c’est le contraire ? 😁)

Des livres témoignages autour des handicaps visibles et invisibles.
J’en ai sélectionné 16 !
(Il y deux ou trois livres, ce sont des romans mais je n’ai pas résisté à vous les partager! )

Est-ce que tu les connais ?
Tu auras de quoi enrichir ta bibliothèque !

J’ai été harcelé au collège.

J’étais le seul sourd de l’école. Je me mettais au premier rang pour mieux entendre les professeurs. J’étais plus à l’aise avec les adultes que avec mes pairs.

J’ai eu droit à des sifflements, des appels derrière moi. Quand je me retournai, plus personne.
J’ai eu droit à des jets de bouts de gomme, des bouts de papiers et même des cailloux dans la cour de récréation.
On me traitait de fayot, et j’avais un surnom bizarre : « Le lapin au citron ». Sans doute d’autres quolibets mais je ne les comprenais pas.

j’avais la constante impression qu’on se « moque » de moi.
Qu’on parlait dans mon dos.
Qu’on était sympa en face mais que ce n’était jamais sincère.
Etant sourd, tout était exacerbé.

Je détestais la récréation, surtout le matin. Je me sentais très seul. Les bruits, les cris m’angoissaient.
L’après-midi, la bibliothèque était ouvert. Je m’y réfugiais. Je lisais pleins de BD , surtout la série des Jeannette Pointu (qui connait ? 😅). J’empruntais souvent aussi des livres d’aventures et de géographie. J’étais passionné par les capitales du monde. Les connaissais toutes.

Plusieurs fois, j’avais mis les moyens pour ne plus aller à l’école comme :
– Prendre des médicaments (je lisais les boites pour éviter des prendre les plus nocives)
– Manger du chocolat avec de la pommade
– Ouvrir grand la fenêtre quand il faisait très froid
– Mettre de l’acide dans mon oreille gauche (celui qui ne fonctionne pas, je n’étais pas fou, j’y tenais à l’autre)
– Boire jusqu’à saturation
Bref, je voulais être malade et qu’on prenne soin de moi, surtout à l’hôpital. Je n’ai jamais été hospitalisé avec tout ça. On disait que j’étais hypocondriaque et que mes maux de tête, c’était psychosomatique.

Je voulais rester en vie à tout prix. Plusieurs fois, j’étais tenté de tomber dans l’escalier en pierre de l’école mais je savais que je pouvais mourir. Non, j’avais une force en moi qui m’évitait cela. Je savais que la vie en valait le coup, mais ailleurs !

Je me sentais soutenu malgré tout par quelques professeurs dont le prof de sport. Je ne me souviens plus comment ça s’est résolu. Je n’en garde pas rancune mais blessé bien sûr. La notion de l’amitié était toujours difficile, j’étais facilement manipulable car naïf et trop gentil.

J’écrivais beaucoup aussi. La lecture et l’écriture m’ont sauvé.
Cette expérience m’a apporté une énorme résilience
Et en même temps, une brèche dans l’estime de soi.
Le syndrome de l’imposteur jaillissait à fond.
J’avais terriblement honte.

Bref, lors de mes sensibilisations devant des jeunes, j’évoque souvent la question du harcèlement scolaire. Je leur parle de la nécessité d’en parler.

Hélas, le harcèlement existe toujours.
Tout type de harcèlement est interdit par la loi.

Continuons à semer l’écoute, la bienveillance, la prévention, la prise en compte des besoins de chacun.

Et toi ?

Pourquoi je sensibilise sur la surdité ?

Selon toi, pourquoi je continue de sensibiliser sur la surdité ?
J’ai trois raisons pour cela…

➡️ Quand j’avais 10 ans, je m’imaginais mourir jeune car je ne connaissais pas d’adultes sourds. J’ai aujourd’hui 40 ans et toujours vivant. Tout au long de mes dernières années, j’ai toujours eu la préoccupation de sensibiliser et de me rendre visible pour d’autres jeunes sourds et leurs parents.
✍️Comment ? Par mon blog, ma chaine YouTube, mes livres et maintenant par le théâtre ! Je garde toujours en mémoire une rencontre, une graine pour ma vocation de conférencier !
👇

➡️ Lors d’un voyage en TGV, entre Toulouse et Bordeaux en 2003, j’avais en face de moi un jeune sourd de 10 ans qui signait avec sa mère. Cette dernière était assise à ma droite. Je fis quelques signes avec le jeune. Il était tout étonné quand je lui disais que j’étais sourd et appareillé. J’échangeais oralement avec sa mère.
💪 Cette dernière me lança une phrase qui sera gravé dans ma mémoire : « Nous avons besoin des personnes comme vous pour nos jeunes »

➡️ Lors d’un parcours Orientation de Co Naissances en 2016, un an après mon burn-out, j’ai fait une relecture de ma vie, de mes talents, de mes rêves. Mes collègues m’ont soutenu dans mon projet et ce fut réciproque. Il me fallait allier ma passion du théâtre et sensibiliser sur le handicap par l’humour.

✅ C’est en cours avec déjà 37 représentations dans des entreprises, associations, forums, collectifs d’entreprises.

Et toi ? Comment as-tu choisi ton métier ?

Se relever ? Toujours !

Ne jamais abandonner. Jamais.
💪 Se relever. Toujours.

Tu es prêt ? Je vais te raconter mon parcours de vie un peu dingue !
👶 Sourd de naissance, j’ai grandi dans une famille entendante, j’ai été très bien entouré.

👦 J’ai été scolarisé en milieu ordinaire. Harcelé en collège, je me suis réfugié dans les livres et l’écriture. Mon premier roman était « Helen Keller, sourde et aveugle »

📁 J’ai eu mon bac littéraire option arts plastiques. J’ai failli être recalé. Ouf !

🎓 Licence de géographie à Avignon.
✅ Création d’une association avec un séjour au Sénégal en 2001 et une tournée de théâtre en 2002.

🟥 A Nantes, premier boulot, J’ai été professeur remplaçant pour enfants sourds mais viré pour insuffisance professionnel au bout de trois mois.
✅ Lors de mon chômage, j’en ai profité pour passer le BAFA et créer un seul sur scène : « Le bruit du silence ».

🎓J’ai eu mon diplôme d’éducateur spécialisé à Tourcoing en 2006
✈️ J’en ai profité par la suite pour partir un an en volontariat au Sénégal (voir post du dimanche dernier)

 🙏 Année sabbatique en Normandie

🏃 Plusieurs contrats d’éducateur spécialisé dans la région lyonnaise sur trois ans, en prévention spécialisée, auprès d’enfants autistes, adultes déficients intellectuels.
🆘  J’ai vécu deux démissions, une rupture de contrat conventionnel pour cause de burn-out. (je bossais auprès d’ados en ITEP).
✅ Création d’un solo en clown (Pierrot et la symphonie psalmodique)

🆘 2011 => une année de folie: Licenciement pour faute grave en plein burn-out et deuil.
✅ Mariage et obtention de mon permis au bout de la 4ème fois.

🔴 Après une garde d’enfants et un bilan de compétences,  je décide de faire une licence professionnel de documentation scientifique. Très grave erreur !
✈️ J’ai bien eu mon diplôme avec beaucoup de sueurs.

🆘 Démission sur un poste de documentaliste, en plein burn-out (Je sais, ça commence à faire beaucoup). J’ai été hospitalisé un mois et demi.

✅ Grâce à la photo et d’avoir déménagé à la campagne, j’ai pu me reconstruire. Avec ma femme, nous étions permanents dans un lieu d’accueil pendant trois ans.
✅ J’ai fait un bilan de compétences avec Co Naissances.
J’ai pu poser ce que je voulais faire : allier théâtre et sensibilisation aux handicaps.

👊 Ce n’est qu’en 2018 que j’ai crée ma conférence-théâtralisée « Au secours, j’ai un collègue sourd », grâce au MIX CoworkingLaurent LacroixGraines de SOL

🤔Et toi, as-tu fait des détours pour enfin réaliser tes souhaits ?

(Photo réalisée par Benjamin AIR)

Un enterrement vivifiant

Samedi dernier, je suis allé dire au revoir à un ami de mes parents. Un ami que j’avais pas vu depuis 20 ans. La dernière fois que je l’avais vu, c’était lors des vendanges dans son domaine. C’était un grand homme reconnu par ses pairs, par le village et bien sûr par sa grande famille et ses amis.
L’église était pleine et j’ai ressenti un grand calme, certes beaucoup de peine mais de la sérénité.
Il y avait beaucoup de jeunes qui jouaient un instrument et chantaient. Les chants nous ont beaucoup portés en attendant que le cercueil arrive dans la nef. Nous avons vécu un fort instant de communion quand nous l’attendions, dans un silence divin où la paix semblait présente.
Dans les témoignages, sa femme, ses enfants et ses amis, ce qui ressortait le plus c’était de la gratitude.
Un très grand merci pour celui qui a semé de la vie, de la joie, de la fraternité, le sourire en toutes circonstances. Il avait aussi transmis une foi énorme et un témoignage de fidélité avec sa femme (45 ans de mariage).
Nous avons eu un grand clin d’oeil de Dieu. L’évangile du jour était les Noces de Cana. Pour un viticulteur, c’est tombé à point nommé. Le célébrant nous a beaucoup éclairé, avec des paroles incarnées, ouvertes sur le monde, nos quotidiens. Merci à lui !
La cérémonie m’a beaucoup touché et j’en suis ressorti vivifié. Même si je regrette de ne pas avoir eu l’occasion de le revoir (alors qu’il n’habitait qu’à 6 km de chez mes parents), je garderai en souvenir sa force de vie et une sacrée union dans sa famille et ses amis. J’espère bien revoir sa femme et ses enfants rapidement, (pas dans 20 ans, n’est-ce pas ? ) ! Et oui, j’ai dû partir avant l’inhumation et je n’ai pas pu saluer ceux que je connaissais.

Bref, merci à toi Vincent et à ta famille.

Croix en Corse, rien à voir avec le lieu de l’A-Dieu !





Un sourd en colère

Bonjour à tous,

Pourquoi je suis en colère ?

Je me révolte contre des personnes qui mettent les sourds dans des cases.

Je me révolte contre des sourds qui font aussi de la discrimination et font des généralités.

Je suis révolté contre les personnes eux-même entendants, qui signent et se permettent de catégoriser les sourds, genre cette personne ne signe pas donc elle n’est pas sourde.

 

Ouvrez grands vos yeux et vos oreilles.

Un sourd peut entendre avec ses aides auditives et signer.

Un sourd peut parler même s’il signe.

Un sourd peut parler sans signer.

Un sourd peut avoir un implant.

Un sourd peut coder ou pas.

Un sourd peut lire sur les lèvres ou pas.

Un sourd peut écrire super bien ou très mal.

Un sourd est un homme comme les autres avec ses qualités et ses défauts.

( Voici un schéma plus précis : Sourd ? Malentendant ? Au choix…)

 

Je considère qu’une personne est sourde quand elle est connait vraiment le monde du silence avec aides auditives ou pas.

 

Mais attention, nous ne nous résumons pas à notre surdité.

Nous avons une personnalité qui a été façonnée par notre histoire, par notre famille et nos amis, par l’école et la société. La surdité a bien sur un impact dans notre identité mais tout ce que l’on fait, tout ce que l’on est, n’est pas dû à notre surdité.

De quel droit juge t-on l’autre personne sourde avec ses moyens de communications ?

Si on a soi-même un cancer, juge t-on un cancéreux à différentes phases ? Est-ce qu’on lui impose notre façon de voir la maladie, le traitement à faire ?

Chacun est libre de son choix, et parfois même, il n’a pas eu le choix (Choix fait par les parents ou par des professionnels).

 

Arrêtons de généraliser et sachons écouter, entendre, surtout observer sans critiquer. Essayons de comprendre même si on n’est pas d’accord.

Mais je reconnais bien sur que ce n’est pas facile pour certains, à cause de leur histoire, à cause de leurs souffrances conscients ou inconscientes, à cause des déceptions, des désillusions.

 

Pour ce qui ne savent pas, je suis sourd appareillé oralisant et je parle très bien. Cela fait illusion souvent. Et quand j’enlève mes appareils, je n’entends vraiment rien. Je suis malentendant avec mes appareils. Je suis sourd sans mes appareils. Tout dépend du contexte.

Maintenant ce que c’est écrit, je ne suis plus en colère! Ouf ! Fallait que ça sorte et que surtout dialoguons et écoutons-nous pour comprendre nos différences et nos choix.

Rétrospective anniversaire « Sourd et certain »

Bonjour à tout le monde, cela fait deux ans que j’ai fait imprimé le livre « Sourd et certain » à 500 exemplaires + 200 exemplaires l’année d’après. Il m’en reste 65 exemplaires.
Les livres se sont retrouvés en Belgique et au Québec, et bien sûr en France dans toutes les régions.
Ce projet de publication s’est fait grâce à la campagne Ulule et qui a été un succès grâce, en partie à l’APIRJSO puis un de mes partenaires Talentéo pour la communication de mon projet (Il a fêté ses neufs ans fin février! ).

Mon livre a permis de faire de belles rencontres à travers des salons, mes conférences-théâtralisées « Au secours, j’ai un collègue sourd », des colloques.
Voici quelques photos souvenirs :-).

Mars 2019 à l’auditorium de Chaponost
Au Colloque du Bucodes à Paris
avec Dhafer, octobre 2019
Au salon Autonomic de Rennes
Début octobre 2019
Mensuelle APADLO septembre 2019
Salon Handica à Lyon
Mai 2019

Pardon ? vous ne savez pas de quoi parle le livre ? Voici une piqure de rappel (pas douloureuse !)

Vous hésitez à l’acheter ?
Voici quelques retours que j’ai pu avoir 🙂

« Sourd et certain » de Vivien Laplane. La surdité est simplement et joliment mise en mots. Pour mieux comprendre et surtout mieux communiquer 😉

Catherine S

Je confirme sûr et certain, très bon livre

Séverine

Bravo Vivien enfin dans la lumière qui s’oralise comme un rayon de soleil

Aurélie

Ton livre est très clair, très accessible avec des mots simples.Très agréable au niveau lecture

Secret confidentiel 😀

Je viens de terminer la lecture du livre « Sourd et certain » de Vivien Laplane. Un livre constitué de plusieurs petits textes, que je recommande grandement et que l’on devrait mettre entre les mains du plus grand nombre. Un livre qui apporte un regard fort intéressant sur la vie d’un sourd entendant dans sa vie personnelle et professionnelle et qui nous ouvre les yeux sur les difficultés qu’il peut rencontrer dans son quotidien et ses relations aux autres. Un livre qui rappelle que c’est à nous, entendants, de nous adapter au handicap par de petites actions simples, qui faciliteront la vie des personnes vivant avec, comme par exemple : s’exprimer face à la personne qui n’entend pas bien ou encore ne pas parler tous ensemble lorsqu’on est en groupe. Bravo Vivien Laplane pour cet ouvrage !

Nicolas M.

J’ai lu votre livre avec plaisir et j’ai découvert que ce n’était pas si simple de vivre avec la surdité ! j’aurai eu tendance à penser que la fait d’être appareillé permettait de tout résoudre. Autant pour moi. Mais on sort de ce livre avec le sourire grâce à la poésie et l’humour. Donc le message passe tout seul . .

Myriam P.

Merci pour ce livre qui m’a permis d’effleurer le monde du handicap, de comprendre le parcours, la volonté qui amène à l’espérance . C’est un livre pédagogique à diffuser, avec un beau message d’amour pour ses parents à la clé. Bravo

Anonyme

Cela vous tente ? N’hésitez pas à le commander et à en parler autour de vous, à votre médiathèque etc.
Pour le commander, cliquer sur l’image 🙂 et je vous ferai une dédicace !

Au Comptoir à Chaponost, septembre 2019 !

Un sourd se démasque

Bonjour à chacun et chacune,
(Tu ne veux pas changer de formule de bienvenue ? )

La flemme. Bref, bonjour. Aujourd’hui, j’aimerai vous partager quelques actualités sur le quotidien d’un sourd dans le contexte d’aujourd’hui.
Enfin, un sourd, c’est plus complexe que cela car il y a plusieurs types de surdité comme vous savez (Bein non, pas tout le monde, faut pas rêver) et les besoins ne sont pas les mêmes en terme de communication.
J’en ai déjà parler dans ces articles :
Communiquer avec un entendant (Tu abordes en fait les différents modes de communication d’un sourd). Chut, on ne spoile pas!
Demasqué ou signé ?  (Là tu abordes les masques transparents et la langue des signes). Chut ! Enfin, ils sont assez curieux pour allez voir ce que c’est ! 

J’aimerai vous parler une bande-dessinée que j’ai beaucoup apprécié et qui me rejoint beaucoup (même si tu n’es pas implanté). Y a quelqu’un qui pourrait l’inviter à se taire ?
C’est le témoignage de Kim Auclair dans « Ma surdité expliquée autrement » :
(Une

J’ai savouré ses schémas pour expliquer les différentes situations d’handicap de communication. (Quoi, chut, la surdité n’est pas un handicap !) Pour certains, si et on ne peut pas les ignorer ! 
Une petite différence avec moi, c’est qu’avec mon appareil auditif et malgré mon autre oreille foutu, je peux très bien entendre et comprendre les personnes sans voir les lèvres. Tout simplement parce que mon appareil auditif est assez puissant et surtout j’ai suivi de nombreuses années d’orthophonie. (13 ans dont 10 ans avec une orthophoniste qui fumait comme un pompier lors de ta dernière séance !) Pour fêter mon entrée dans l’adolescence. M’enfin, ce n’est pas le propos, on s’égare!
La lecture labiale est pour moi un plus. Je m’appuie surtout sur la qualité de la voix et la diction de la personne. Vous imaginez bien (ou pas) qu’avec les masques, c’est plus galère. (Ainsi vogue les bateaux sur l’eau en pleine tempête ! ). Aie, on l’a perdu ! Tant mieux, je vais pouvoir continuer. 

L’histoire des masques transparents revient sans arrêt car tout n’est pas encore parfois, à cause de l’étanchéité ou bien la buée sur les masques!
J’ai testé pour vous un masque :

Et surtout la voix restera toujours étouffée ! On pourrait mettre un micro integré dans le masque, non ? Et comment on fait avec les reflets du plastique, hein ?

Bref, mes chères entendantes ou entendants, n’hésitez pas à articuler, et surtout à mimer si vous ne connaissez pas la langue des signes, à et à montrer les objets si besoin et écrire (Si ils ou elles savent écrire). Tiens, t‘es de retour toi ! Ou bien dessiner  (Ou pas).
Bref, soyons créatifs dans la communication surtout dans le visuel ! (Les onomatopées, pas terrible). C’est une évidence, je n’allais pas leur dire ça !

Au passage, les masques transparents se jettent dans une poubelle fermée aux ordures ménagères. La nature a assez de pollution à gérer ! (Je pense que tout ceux qui te lisent sont assez instruits pour ne pas le faire) . Je prêche sans doute des convaincus mais on ne sait jamais ! 

Allez prenez bien soin de vous et n’hésitez pas à aller découvrir la BD de Kim 🙂 : https://masurdite.com/produit/bande-dessinee-ma-surdite/

Demasqué ou signé ?

Ces temps-ci, du fait de ma surdité et que j’oralise, j’appréhende les masques. J’ai besoin de voir le visage en entier pour comprendre la personne. Surtout les lèvres pour que je puisses en partie faire de la lecture labiale.
(Ce qui au passage, ne suffit pas, puisque on comprend 30% du message).

J’ai besoin aussi d’entendre, grâce à mon appareil auditif. Le souci avec le masque, c’est que les sons sont étouffés. Alors la communication va être encore plus mal-aisé. J’ai déjà vécu cette petite expérience dans mon journal d’un confiné n°5.
(Oh l’autre, qui fait sa pub)

Au niveau du vécu, c’est surtout Sophie de Vis ma vie de sourde qui a testé sans le vouloir pour nous une expérience à l’hôpital à l’heure du Covid ! Je vous la démasque donc pour que vous puissiez découvrir son témoignage :
(ça y est, il est content de jouer avec les mots)
brasDansLePlatre
Pleins d’initiatives se font autour des masques transparents. Ceci est déjà une très bonne idée pour voir le sourire de la personne, ce qui peut être réconfortant. Les sons resteront toujours en sourdine. C’est comme si vous mettiez un tapis sur vos enceintes lors du discours de Macron…. euh Martin Luther king par exemple (C’est mieux !)
Voici ces différentes initiatives qui existent :
Une étudiante américaine du Eastern Kentucky University
Une étudiante toulousaine (C’est pas une source extraordinaire, on peut trouver mieux)
Une lyonnaise, créatrice sourde (Une vraie star, je vous le dis…  en toute objectivité hein ?  oui, c’est parce que je la connais aussi….  )
masques-odiora

(Mais qui a donc la maternité de cette excellente idée ? )
Personnellement, je m’en f….. le but, c’est de rendre service et que ces idées servent à tout le monde. Chaque type de masque est à l’image de la créatrice même si l’idée est la même!
(J’ai ouie dire que c’est une docteure américaine)

Est-ce qu’on peut utiliser les applications de retranscription écrite comme Ava ?
J’avoue que je n’ai pas tenté mais sachant que les sont seront étouffés par les masques, cela risquerait d’être compliqué.

(Mais Vivien, et la langue des signes ? )
C’est tout à fait complémentaire et il faudrait s’en servir quand c’est le mode de communication employé par certaines personnes sourdes.
Les masques transparents sont aussi pratiques dans l’utilisation de la langue des signes pour voir l’expression du visage.
Je vous offre quelques vidéos vous montrant quelques rudiments de la LSF :
Mon premier cours de LSF par Folimages
Basique de la LSF par Joel Chalude
Il y aurait aussi d’autres moyens de communication qui est d’utiliser le visuel comme des images simples pour expliquer le processus de soin avec un Ipad par exemple.

Pour conclure, c’est toujours de l’adaptation qu’il nous faut mettre en place, en fonction des situations, de la particularité de la personne et de son mode de la communication.
Sur ce, prenez bien soin de vous et restez à l’écoute des besoins de chaque personne.

img_20190704_0936351836965493.jpg
Un appareil auditif (attention, qui n’est pas porté par tous les sourds 😉 )