[Projet 52-2020] Semaine 27 – Apaisant

Cette semaine, avec le projet de Ma’, le thème est Apaisant. (Oui, je sais, c’est écrit dans le titre).
On va se la faire cool, tranquille, !
Ce soir, enfin hier soir pour ceux qui le liront ce samedi (On a dit tranquille, hein ? ), bref, je suis allé chez l’osthéo pour apaiser les douleurs qui me prenaient au ventre, au dos, aux bras ! Le stress positif d’une reprise de boulot 😀 !
Je ne me suis pas pris en selfie en me faisant masser ! (Oh j’entends que vous le regrettez mesdames :-D).
En pensant au thème, j’ai songé à une seule photo. Une photo qui appelle au repos de l’âme, de l’esprit, avec des couleurs pastels. Une photo qui rime vacances !
C’est donc un cliché que j’ai pris au Sénégal, à Popenguine en 2007 mais que j’aurai très bien pris sur n’importe quel plage de sable.

Photo 032

Pour découvrir les autres participants au projet : Projet de Ma’

Un pouillot… oui mais lequel ?

Ce matin, avant qu’il fasse chaud, j’étais parti faire une petite balade. Et c’est entendant un chant que je pus apercevoir un oiseau que je n’avais jamais vu.
J’étais sur une petite route avec une haie d’arbustes et de l’autre coté des arbres !

DSC_0914

Je l’ai vu sortir de la haie pour partir dans ce chêne. Je pus l’observer, le suivre avec mon appareil pendant de longs belles minutes. (Si ça se trouve, ça n’a duré que 37 secondes ! Le temps est suspendu dans ces occasions).

DSC_0915

Il me semble qu’il a un ver dans son bec. (Un lombric ? Un asticot ? Que dis-je, une chenille !)

DSC_0919

En l’examinant avec mes yeux pétillants (oh le gars ! Tu exagères un tantinet), je devinais que c’était un pouillot (Pouilleux ? ….Ah oui Pouillot !)

DSC_0920

Il repartit de l’autre côte de la route et je le vis virevolter dans les arbustes. Son nid devait être là-dedans car j’entendis des petits cris.

Alors je pense que c’est un pouillot siffleur mais le hic, c’est qu’il y en a d’autres des pouillots comme les pouillots véloces, les pouillots fitis, les pouillots de Bonelli !
Je ne vais pas vous les citer, y en a 72 de pouillots dont 14 en France (à confirmer)!

Très belle journée à vous et hâte d’être demain pour le Projet de Ma, avec le thème « Caché » (Une de ces photos du Pouillot aurait pu correspondre au thème, mais non 😀 )

Oiseaux du jour / Bird’s day

Lors de ma petite balade, je m’étais fixé l’objectif de prendre en photo des papillons et des oiseaux.
En fin de compte, ce fut des oiseaux car les papillons ont décidé de faire grève!

Ce rouge-gorge est un habitué du lieu où se trouve ce petit pont en bois enjambant le ruisseau.

DSC_0898

En montant sur la colline, j’entendais des cris de rapace, je cherchais dans le ciel et vis un faucon tournoyer dans le ciel. Hop, je tentais de le saisir avec mon appareil. Flou, flou et reflou. Je vous partage l’un des flous ! Pas simple ! Surtout qu’il était en bataille rangé contre un autre faucon. Ce fut assez impressionnant. L’un des deux prit la fuite sans payer rançon.

DSC_0903

A la fin de mon tour, non loin du petit pont, j’aperçus à quelques mètres une grive (à me confirmer) ! La première que j’aie pu prendre en photo et de près ! J’eus une certaine jubilation intérieure !

DSC_0915

Belle journée à vous

Dis, tu fumes ? You smoke ?

Au gré de ma balade, je te vois, seul, à l’orée du bois.
Je vois de la fumée qui s’élève de ton hêtre.

Ah mais laisse moi. Je réfléchis. Cela te chêne ? 
Je m’aère, je vapote, je m’évente. Je suis au bouleau, tu vois ! 
Je me rends disponible si jamais des fesses viennent me rendre visite.

DSC_0946

Il vient de pleuvoir. Ta chaleur est certes accueillante
mais le soleil nous invite à la marche. C’est son charme.

Ingrat. Je boude. Que je d’ormes.
Que mes vapeurs répulsent les moustiques et viennent te piquer. 

Sympa, merci ! Pour l’instant, ça va, je touche du bois.
Fume, si tu veux, tant que tu ne deviennes pas cendre.

Pas de piété, hein ! Je ne veux pas de ta compassion ! 
Il n’y pas de risque que je sente le sapin. 

Allez, j’y vais mais je ne te laisse pas au ban de mes pensées.

C’est fin, c’est très fin. File avant que je me f’hache.