Comment annoncer mon handicap en entreprise ?

J’avoue que sur le coup, je fus pris au dépourvu.

Comment annoncer mon handicap à mes collègues ?

Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte :
❗ l’acceptation de mon handicap
❗ Le degré d’ouverture de mon équipe. Comment sont-ils prêts à recevoir la différence ?
❗ Le niveau de confiance envers mes collègues

Pourquoi l’annoncer ?
✔️ Mieux faire comprendre à l’équipe pourquoi j’ai tel comportement, une telle habitude pour me préserver.
✔️ Pour instaurer de la confiance et de la compréhension, et surtout de la bienveillance
✔️ Obtenir de meilleurs aménagements qui sera profitable pour tout le monde. Je serai plus efficace et la dynamique sera plus bénéfique au sein de l’entreprise.
✔️ L’annonce du handicap est levier pour agir sur des problématiques qui touchent l’ensemble des salariés, telles que la prévention des risques psychosociaux, la santé au travail ou la conciliation entre vie privée et vie professionnelle.

Comment donc l’annoncer ?
✅ Tout d’abord, il me semble important de rester positif pour rassurer, conforter que mes collègues continuent à faire confiance.
✅ Je peux l’annoncer lors d’une réunion en ayant bien préparé mon discours et en ayant prévu un temps d’échanges ou prévu une journée de sensibilisation.
✅ Annoncer mes besoins et mes forces.

🤗 Pour anecdote, j’ai joué ma conférence « Au secours, j’ai un collègue sourd » sur mon lieu de travail dans un foyer d’accueil médicalisé, en long intérim. J’avais une collègue qui n’était pas très agréable. Et quand elle a vu ma conférence que j’avais joué pour le plaisir devant les résidents. Elle était venu me voir après dans le bureau. « Vivien, j’ai mieux compris et je suis désolé pour mes comportements désagréables avec toi ». Les jours qui ont suivis, elle a adopté une attitude plus chaleureuse. Et j’ai travaillé plus confortablement quand nous étions en binômes.

💪🏼 Sensibiliser mes collègues de façon décalé peut être une façon de désamorcer les incompréhensions, les conflits.
💪🏼 Il me semble important de bien en parler en amont avec mon référent handicap pour aborder la situation de manière appropriée.
Evidemment, que ça soit un handicap invisible ou visible, ça change beaucoup de choses. Cela passe beaucoup par la dialogue.

Et toi ? Comment as-tu évoqué ton handicap avec tes collègues ? Ou le prévois-tu ?
J’ai hâte d’entendre ton témoignage et de pouvoir compléter ce sujet.

8 albums jeunesse sur les handicaps

Aborder la question du handicap aux plus petits , c’est possible.
Et c’est même primordial.

C’est possible grâce aux albums jeunesse.
J’en ai sélectionné 8.

Il y en bien plus que cela évidemment.
Je vous ai mis quelques adresses internet où vous pourrez y puiser d’autres titres de livres pour enfants :

http://www.adoptionefa.org/wp-content/uploads/2017/06/biblio_handicap_jeunesse.pdf15
https://apprendreaeduquer.fr/livres-enfants-handicap/
http://www.versunecoleinclusive.fr/
https://www.mpedia.fr/art-handicap/

Quels sont tes coups de coeur ?

16 livres pour enrichir ta bibliothèque inclusive

En ce beau jour, je t’offre de la lecture !
Ouvre tes oreilles, tends tes yeux !
(Quoi, c’est le contraire ? 😁)

Des livres témoignages autour des handicaps visibles et invisibles.
J’en ai sélectionné 16 !
(Il y deux ou trois livres, ce sont des romans mais je n’ai pas résisté à vous les partager! )

Est-ce que tu les connais ?
Tu auras de quoi enrichir ta bibliothèque !

Une belle première expérience

Et ce fut une belle soirée !

Merci à LADAPT de m’avoir invité à vivre cette extraordinaire expérience !
Merci Caroline LE FLOUR
Merci au Théâtre de dix heures pour leur accueil et leur excellent régisseur Abou !

6 mn de plaisir sur scène, à interagir avec le public, à les entendre rire. Si, si je vous assure, j’ai bien entendu rire. J’ai beaucoup apprécié la présence de deux de mes amis. Cela m’a beaucoup aidé et à faire des clins d’œil dans mon texte.
Les personnes qui ne me connaissaient pas ont été ravies et m’ont félicité à la fin.

Pour le Spectacle de Caroline LE FLOUR: « La Chauve sourit », j’en ai pleuré de rires et d’émotions ! Un bon moment sur un sujet aussi grave que le cancer ! Des femmes qui avaient eu le cancer étaient là à écouter Caroline. Elles ont beaucoup ri. Ce fut jouissif ! Du bonheur !

Bingo! Mission réussie ! Sensibiliser sur un thème sérieux et en rire, c’est un bon cocktail !

Hâte de peaufiner mon texte, l’approfondir et jouer sans cesse, pour le plaisir de faire rire et sensibiliser !

Mission accomplie avec Ouverture de champ

Mission accomplie
Bilan de la soirée ?

Ce fut un très bon moment avec mes collègues, avec de belles prestations.
J’ai beaucoup apprécié aussi la qualité des interprètes. Un jeu s’était créé entre nous et eux, une vraie complicité apprécié du public.

Pour ma part, je me suis surpris à dérouler en écoutant les rires du public. J’ai osé improviser et je ne me suis pas perdu dans mes idées. Je me suis même étonné à ne pas être submergé par les émotions.

Une pensée à un spectateur qui a fait un malaise au cours de la soirée. Tout le monde a agi dans le calme et professionnalisme, surtout Marjolaine qui jouait à ce moment-là sur scène.

A la fin de la soirée, au cocktail, j’ai pu retrouver Gwénaëlle Briend ainsi que Stéphane RIVIERE avec plaisir et nos échanges furent brèves car j’entendais mal à cause du brouhaha ! J’avoue que je rame toujours à ces occasions conviviales. Un peu paumé dans le maelström sonore.

Au final, ce fut une très belle expérience et j’ai hâte de rejouer.

Merci à Ladapt pour leur accueil !
Merci à Adda Abdelli pour l’animation.
Merci à Jo Brami, Mak Commetoutlemonde, Caroline Le Flour, Marjolaine Pottlitzer, Nacer Zorgani et Valentin Lebot !
Merci aux interprètes Igor Casas et Carlos

J’ai été sélectionné ! Oh joie!

Voici la grande nouvelle tant attendue !

[Concours 🎭] J’ai été sélectionné dans le cadre du concours d’humour Ouverture de Champ. Pour voter ? Rien de plus simple :

  • 1 mention « j’aime » = 1 voix
  • 1 commentaire sur une vidéo = 2 voix
  • 1 partage d’une vidéo = 5 voix

Date de clôture des votes : 9 mai 2022

(C’est sur YouTube qu’il faut mettre la mention « j’aime » et « Commenter » 😊) :

👉 Les 3 candidats qui récolteront le plus de votes seront invités à monter sur scène lors d’une soirée exceptionnelle à Paris le 12 mai.

Les liens Facebook et TikTok viendront le 30 avril !

Pour en savoir plus sur le concours : https://lnkd.in/emyPfyeu

Pour vous inscrire à la soirée : https://lnkd.in/es2kT-8e

Un énorme merci pour votre soutien

L’inclusion ? Une évidence !

Suite aux polémiques autour de l’inclusion, je souhaitais réagir.
Pour ma part, l’inclusion devrait être une évidence. Chaque personne a ses besoins spécifiques et ces besoins sont à être respectés. C’est une responsabilité collective que la société devrait avoir.
Je crois fermement que nous pouvons trouver des solutions et de permettre à chacun et chacune de s’épanouir avec ses particularités. Tout est question de volonté et de moyens à condition d’être sensibilisé, formé.
S’ouvrir à la différence ne peut que nous enrichir, nous faire grandir, nous faire épanouir. (Oui, je sais, vous pouvez faire les violons).
Je crois fermement à l’intelligence collective pour permettre d’évoluer à notre rythme.
La plus grande force que nous pouvons avoir, c’est de partager nos talents.

Pour ma part, dès la maternelle, j’ai pu grandir dans une école inclusive (de 1983 à 1987, à l’ile de la Réunion). J’étais à la fois avec un groupe d’enfants sourds le matin accompagné par une orthophoniste et une professeure spécialisé, et l’après-midi, nous étions avec les autres enfants. Puis malheureusement, de retour sur Avignon, il n’y avait plus rien.
Je me suis retrouvé tout seul sourd en primaire, puis collège, lycée. J’avais une moyenne assez correct et les profs faisaient bien attention à que je suive les cours. J’étais toujours au premier rang. J’ai eu deux profs qui écrivaient leurs cours au tableau carrément.
J’ai pu avoir du soutien scolaire en collège et au lycée, ce qui m’a beaucoup aidé. Ce que je regrette, c’est de ne pas avoir côtoyé d’autres personnes sourdes. Pourquoi ? Pour se sentir moins seul et se stimuler.
J’avais 15 ans quand j’ai rencontré d’autres sourds (sans compter la maternelle :-D), et je voyais très peu d’adultes sourds. Ils étaient invisibles. Quand j’avais 10 ans, J’imaginais que j’allais mourir à 40 ans car je n’en connaissais pas et que les adultes sourds mourraient jeunes.
Ouf, j’ai 40 ans et tout s’est bien passé.

Pour revenir au sujet, l’inclusion, c’est une évidence et surtout en trouvant un vrai équilibre pour n’épuiser personne. Une bonne inclusion, c’est quand tout le monde est sensibilité et que le handicap ou tout autre différence ne soit plus un poids.
Je nous souhaite vraiment de l’écoute et de la bienveillance, sans jugements car nous avons nos propres représentations, nos vécus, nos expériences qui sont si différents. Heureusement, nous pouvons avoir des points communs et c’est pour cela que nous pouvons s’entendre malgré tout.

Je nous souhaite d’être alignés avec nos valeurs et de se respecter tout en respectant l’autre.

Journée internationale des personnes ayant un handicap

En ce jour comme pour tous les autres jours, nous devrions prendre en compte chaque personne dans son intégralité, avec ses besoins, ses envies, ses rêves.
C’est avant tout une personne qui a des droits … et des devoirs.
Nous devrions pas nous centrer sur son handicap, sur ce qui le freine, mais sur ses besoins, sur ce qui peut le rendre digne, libre.
Chaque jour, chaque personne doit pouvoir vivre librement avec tous les moyens possibles mis à sa disposition (aides techniques, aides humaines, aides animalières).
Faut bien se rappeler que le handicap, c’est un frein que la société met à travers son regard, ses obstacles aux déplacements, à la communication etc.
Chaque jour, toute personne a droit au bien-être et à être le meilleur de lui-même, en fonction de ses possibilités, de ses capacités.
N’oublions que les handicaps invisibles concernent 85% des handicaps dont 15% pour le handicap moteur. Et on n’imagine pas la palette énorme qui existe dans l’expression de nos handicaps.
Ah tiens, je mets nous… et oui, j’ai un handicap de la communication mais seulement quand je me trouve dans des situations défavorables (environnements bruyants, comportements inadaptés des personnes, outils techniques de communication inutilisables, pas de sous-titrage etc.).
Chaque jour, nous devons pas être résumé à notre handicap. Ce n’est qu’un détail. Je veux dire par là que nous avons nos propres expériences, nos propres vécus, nos propres compétences.
Chaque personne a le droit d’être aimé, d’être reconnu dans ce qu’il est, d’être considéré le plus justement sans infantilisation, sans fausse charité.

Voici quelques propositions pour découvrir la variété des personnes qui ont un handicap et les solutions innovantes pour faire un monde plus solidaire.

Lpliz est l’application qui permet à des personnes en situation de fragilité et de handicap de se signaler et de demander de l’aide lorsqu’une situation devient difficile, dans l’activité du quotidien qu’elles pratiquent.

Le blog du voyage accessible en fauteuil roulant

Cafés avec des salariés en situation de handicap mental et cognitif, souvent exclues.

Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapée

Nathalie Birault, Créatrice de bijoux pour appareils auditifs

Jason, Chemama, Un gars créateur en fauteuil roulant

« un tremplin vers une vie sociale et professionnelle active pour les personnes vivant avec un trouble psychique tel que la bipolarité, la schizophrénie et la dépression sévère.« 

Média d’actualité et de référence #handisport / #paralympique

Evidemment, il y a encore pleins de choses à découvrir !

Dialogue de chambre

Max : La ola, Robert, comment as-tu dormi ?
Robert : J’ai mal à mon petit orteil.
Max : Au point tu en es…
Robert : Oh ça va !
Max : Alors, douche ou toilette au lit ?
Robert : Douche intégrale.
Max : Tu prends des risques. Rasage avant ? C’est toi qui décide.
Robert : Je suis négligé ?
Max : Tu es toujours séduisant, ça ira !
Robert : Envoie le palan !
Max : Laisse moi le temps de te sangler, aussi ! Et de m’organiser.
Robert : Oh oui, j’aimerais ne pas rester nu en l’air pendant que tu prépares le lit.
Max : Ah bon ? Tu ne confondrais pas avec un autre intérimaire ?
Robert : Pas beau de balancer tes collègues
Max : Je me défends, nuance ! Tu peux m’accuser de tout mais pas de négligence.
Robert : Je me plaindrai pour ton humour douteux !
Max : Là, tu peux ! Mais ton fauteuil électrique est en panne. Faudra attendre un peu !
Robert : Je suis au courant.
(Après la douche)
Max : Alors quelle chemise veux tu ?
Robert : La grise à pois rouges.
Max : Je ne la vois pas dans tes affaires.
Robert : Tu es aveugle en plus d’être sourd !
Max : Je l’entends pas de cette oreille. Ah si, vu.
(Habillage et remise au lit pour mettre le pantalon)
Max : Bon, maintenant, tu te démerdes de mettre tes bas de contention.
Robert : Mais eeuuuuh…
(Mise du collant et pantalonnage)
Robert : Pantalonnage ?
Max : Oui, j’aime bien inventé les mots. T’as compris le principe, je suppose ?
Robert : Presque.
Max : Allez, c’est tout bon. Il ne me reste plus qu’à t’installer sur le fauteuil électrique.
Robert : Je croyais qu’il était en panne.
Max : Tu as bien suivi. Mais l’ergo va passer dans 3 minutes et tu devrais pouvoir circuler en toute liberté !
Robert : Oh joie !
(Mise en fauteuil après un temps d’accompagnement de 45 minutes)
Max : Et voilà, c’est tout ! Plus besoin de rien ?
Robert : Nan, ça va ! Merci.
Max : Très bien, à tout à l’heure !

(Dialogue presque fictif 😀 – ça va me manquer tiens. Formation LSF tout le mois d’octobre et reprise d’intérim en novembre)

Connaissez-vous… La Pause Brindille ?

Bonjour tout le monde,

Je souhaitais vous présenter la Pause Brindille !
Mais qu’est-ce donc ?
C’est un réseau de jeunes aidantes et aidantes qui propose un service d’écoute, des temps conviviaux, des temps de sensibilisation. Sur leur site, vous pourrez trouver des vidéos témoignages pour mieux comprendre le quotidien des jeunes aidantes, aidants.
Mais qui sont ces jeunes ? Ce sont des enfants, des adolescents ou jeunes adultes qui prend soin d’un proche malade ou en situation d’handicap. Ils sont invisibles et ils agissent au détriment de leur jeunesse, de leur vie mentale et vie sociale.

Et pourtant ces jeunes ont aussi le droit d’avoir du répit, du temps pour eux, pour penser à leur vie.

La Pause Brindille est reconnu par le ministère comme le deuxième réseau des jeunes aidants et aidantes, après Jade.
Je connais très bien la directrice qui est maman de deux enfants, dont une en situation d’handicap. Elle a vécu les situations d’isolement, de fatigue extrême et d’inquiétude que peuvent vivre les jeunes aidantes et aidants.

Mais Vivien, pour ceux et celles qui accompagnent des proches lourdement malades et lourdement handicapées ?
Cela veut dire quoi lourdement ? Chaque situation est vécue différemment et on ne peut pas comparer la lourdeur du quotidien en fonction du niveau du handicap (mental, psychique, physique, cognitif, sensoriel). Tant que ça impacte le quotidien, ça a son importance. Et surtout comment ils vivent aussi sous le regard des parents ou des grands parents.

Allez donc consulter leur site : https://lapausebrindille.org/
Et puis leur page facebook pour leur actualité très riche : https://www.facebook.com/lapausebrindille

Je les soutiens bien évidemment et souhaite aux jeunes de pouvoir se reconnaitre en tant qu’aidants, aidantes et de souffler.