Lumière du soir

Rien à faire,

tout à écrire.

un credo bien certain

Pour un projet serein.

 

Ouverture de l’Esprit

Pour un monde sans prix.

Admirer la lumière

S’émerveiller avec flair.

 

Les neurones fusent à point,

Les mots font tout un foin.

Le clavier crépite

Et ponds des pépites.

69598482_489235185242098_2294266251284840448_n

Oser écrire

Osez écrire des mots qu’on ne sait pas dire
Ni l’exprimer à haute voix pour moins pâlir
De honte devant une assemblée incertaine.
Le stylo dessine le coeur de l’âme reine
Des pensées qui se profilent et disparaissent.
Ecrire, c’est ralentir le temps qui presse
Et de nos idées qui veulent se chevaucher.
Rien de pire que de se laisser faucher
Par ses ruminations et ses remords.

Ecrire, c’est savoir oser se poser
Et prendre soin de son corps.
Venez cueillir la fine rosée
De vos rêves et l’encrer
Dans vos projets.

Au travail!

Une véritable libération de pouvoir travailler, après de longues semaines sans emploi et d’une année de formation et des mois de chômage.

Le travail libère l’esprit où l’on peut s’épanouir, se rendre utile et avoir une place dans la société.

Je souhaite à chacun de pouvoir s’affirmer, créer, innover, être dynamique dans son boulot.

Véritable chance de pouvoir travailler en ces temps de crise.

Je souhaite du bon courage à ceux qui cherchent encore et qui peinent.

Retraite Chambarand 2011 (75)

Allez, confiance et détermination!

Dialogue de sourds

  • Partons vers d’autres horizons

Au-delà de nos désespoirs

  • Je veux bien prendre une poire

Et la manger sans raison.

 

  • Luttons contre toutes les haines

Avec nos joies et nos rires.

  • Je prendrai bien une petite laine

Il fait froid à faire frémir.

 

  • Et si tu m’écoutais pour une fois

Et me répondais sérieusement.

  • Mais je n’ai pas de crise de Foi

Oh que nenni ! Point je ne mens !

 

  • Bigre de rage, écoute-moi

  • Vas-y parle sans émoi.

  • Je te proposai de partir.

  • Je ne veux pas mourir.

 

  • D’aller gravir les montagnes

  • Je ne veux pas prendre de castagnes.

  • D’aller voguer dans les eaux vives.

  • Je ne veux pas échouer sur les rives.

 

  • Allons faire mille voyages.

  • Je n’irai pas en cage.

  • Bon, restons ici s’ennuyer !

  • Juste vivre avec sérénité

Et profiter de chaque seconde

Entre nous, en ce monde

Qui bouge sans arrêt, s’ignore.

–         Tu es malade ? Tu t’endors ?

–         Juste un brin d’intelligence
dans mes abîmes d’ignorance.

 

( Texte écrit en 2006)

La bienveillance envers soi-même

C’est tout un exercice d’essayer d’être bienveillant envers soi-même.

Il est plus facile de prendre soin de l’autre, d’être attentif à l’autre, d’être patient et indulgent envers l’autre.

Mais c’est quoi être bienveillant envers soi-même ?

C’est d’arrêter de se comparer négativement et de se rabaisser devant les autres.

C’est être moins exigent et moins dur, donc plus doux avec ses pensées, ses gestes, la façon de se tenir, de respirer et la façon de manger.

Ce n’est pas se mousser évidemment et devenir narcissique. Il y a quand même un juste milieu à trouver. Ce n’est jamais facile. Tout est facile à dire que de faire. Quand on prend conscience de ce décalage, c’est vertigineux.

Le but, c’est le chemin sur lequel on évolue et de prendre des chemins qui sont à notre niveau.

Est-ce vraiment la peine de prendre ce raccourci qui monte à pic ? Ne risque-t-on pas de souffrir, d’aller plus lentement et de tomber ? Est-ce vraiment raisonnable de choisir un sentier plus calme, plat où l’on risquerait de s’ennuyer ?

J’aime bien l’idée que les trous dans le chemin nous servent à rester éveillés et à ne pas s’endormir en voiture, en vélo etc…. A être vigilant et disponible en même temps.

 

Je vous souhaite de la bienveillance envers vous-même.

Oser écrire

Osez écrire des mots qu’on ne sait pas dire
L’exprimer à haute voix pour moins pâlir
De honte devant une assemblée incertaine.
Le stylo dessine le coeur de l’âme reine
Des pensées qui se profilent et disparaissent. 
Ecrire, c’est ralentir le temps qui presse
Et de nos idées qui veulent se chevaucher.
Rien de pire que de se laisser faucher
Par ses ruminations et ses remords. 

Ecrire, c’est savoir oser se poser 
Et prendre soin de son corps.
Venez cueillir la fine rosée
De vos rêves et l’encrer
Dans vos projets.

 

 


 

Texte écrit en 2012.