Une belle première expérience

Et ce fut une belle soirée !

Merci à LADAPT de m’avoir invité à vivre cette extraordinaire expérience !
Merci Caroline LE FLOUR
Merci au Théâtre de dix heures pour leur accueil et leur excellent régisseur Abou !

6 mn de plaisir sur scène, à interagir avec le public, à les entendre rire. Si, si je vous assure, j’ai bien entendu rire. J’ai beaucoup apprécié la présence de deux de mes amis. Cela m’a beaucoup aidé et à faire des clins d’œil dans mon texte.
Les personnes qui ne me connaissaient pas ont été ravies et m’ont félicité à la fin.

Pour le Spectacle de Caroline LE FLOUR: « La Chauve sourit », j’en ai pleuré de rires et d’émotions ! Un bon moment sur un sujet aussi grave que le cancer ! Des femmes qui avaient eu le cancer étaient là à écouter Caroline. Elles ont beaucoup ri. Ce fut jouissif ! Du bonheur !

Bingo! Mission réussie ! Sensibiliser sur un thème sérieux et en rire, c’est un bon cocktail !

Hâte de peaufiner mon texte, l’approfondir et jouer sans cesse, pour le plaisir de faire rire et sensibiliser !

Mission accomplie avec Ouverture de champ

Mission accomplie
Bilan de la soirée ?

Ce fut un très bon moment avec mes collègues, avec de belles prestations.
J’ai beaucoup apprécié aussi la qualité des interprètes. Un jeu s’était créé entre nous et eux, une vraie complicité apprécié du public.

Pour ma part, je me suis surpris à dérouler en écoutant les rires du public. J’ai osé improviser et je ne me suis pas perdu dans mes idées. Je me suis même étonné à ne pas être submergé par les émotions.

Une pensée à un spectateur qui a fait un malaise au cours de la soirée. Tout le monde a agi dans le calme et professionnalisme, surtout Marjolaine qui jouait à ce moment-là sur scène.

A la fin de la soirée, au cocktail, j’ai pu retrouver Gwénaëlle Briend ainsi que Stéphane RIVIERE avec plaisir et nos échanges furent brèves car j’entendais mal à cause du brouhaha ! J’avoue que je rame toujours à ces occasions conviviales. Un peu paumé dans le maelström sonore.

Au final, ce fut une très belle expérience et j’ai hâte de rejouer.

Merci à Ladapt pour leur accueil !
Merci à Adda Abdelli pour l’animation.
Merci à Jo Brami, Mak Commetoutlemonde, Caroline Le Flour, Marjolaine Pottlitzer, Nacer Zorgani et Valentin Lebot !
Merci aux interprètes Igor Casas et Carlos

« Au secours, j’ai un collègue sourd », 10 mars à Oullins (69)

Dans le cadre de la journée nationale de l’audition le jeudi 10 mars , je suis associé avec la Cie La Rouquine pour proposer une réflexion théâtralisée autour de la question de l’inclusion des personnes malentendantes.
Nous organisons donc une soirée au Lycée Saint Thomas d’Acquin-Véritas le 10 mars 2022 à 20h, à la salle Lacordaire. 

Dans l’attente de vous accueillir et de vous rencontrer, pour ceux qui peuvent :-), je vous souhaite une très belle semaine !

Même sourd, j’ai pu le faire

Pas mal de personnes ont une vision triste sur la vie des sourds.

Et pourtant, j’en ai fait des choses dans ma vie que la surdité ne m’a pas empêché de faire ni même avec mon appareil auditif.(Pour rappel, une oreille foutue non appareillable et l’autre avec une perte de 80 db et très bien appareillée).

Je vais énumérer non pas pour me faire rouler la mécanique mais pour démontrer que tout est possible si on se donne les moyens.

– J’ai fait 8 ans de théâtre, sans LSF dont des pièces de théâtre que j’ai monté, deux seuls sur scène et une cette fois-ci en LSF il y a 12 ans. Et deux ans de clown de théâtre.
Et dernièrement ma conférence-théâtralisée « Au secours, j’ai un collègue sourd« .

– Je suis parti un an au Sénégal. Malgré le climat tropical, mon appareil auditif n’est jamais tombé en panne. Je l’avais mis chaque soir dans une boite protectrice et asséchante. Valait mieux car j’étais à 500 km de la capitale. J’avais fait mon stock de piles. Je suis tombé en panne à mon retour en France à l’atterrissage. Fallait pas en perdre une!

– Des grandes ballades en vélo dont une à 104 km dans la journée. ne jamais oublier de mettre un bandeau pour protéger l’appareil de la transpiration.

– Être deux fois directeur de camp VTT avec des ados et une fois en camp en corse. Corsé quand même!

– Avoir écrit au moins 500 poèmes et textes depuis 15 ans, et publié trois recueils dont mon livre « Sourd et certain« .

– Crée une chaine Youtube « Vivien Apprendre à écouter »

– Trois diplômes ( Licence de géographie, diplôme d’état d’éducateur spécialisé, diplôme de documentaliste). Pour les études, ce que j’aurai du quand même faire et ce qui aurait été beaucoup moins fatiguant, c’est d’avoir un micro-HF. (Il existe bien sur d’autres moyens tel que des interprètes LSF, des codeurs LPC, des preneurs de notes etc…)

Puis je connais pleins d’amis sourds qui sont chargé de communication, une qui travaille au CNRS, une qui est attaché parlementaire (j’espère ne pas me tromper) etc…

Alors, ne baissez pas les bras et faites vous entourer des personnes qui croient en vous.

Ne brisez pas les rêves de votre enfant, de votre ado. Y a toujours un moyen de se rapprocher au maximum du rêve!

Pour ma part, j’ai encore soif d’autres projets 😀

Article paru dans Santé Magazine d’Octobre 2021

Souvenirs de théâtre

En soutien avec tous mes amis et toutes amies artistes, je ressors quelques photos où j’ai eu l’occasion de jouer sur scène : (Attention, photos inédites :-D)

Barbe-Bleu dans Shakespeare à dormir debous avec le Théâtre de Bulle. Pas trouvé de photo où j’étais sur scène! en 2018
Dans le rôle d’Hermocrate dans la Colonie de Marivaux, avec la Compagnie « Les 400 coups » à Brignais, en 2017
« Milux » Clown avec la Compagnie « Le Voyageur Debout » en 2010, je crois !
Spectacle clown en solo en 2009 « Pierrot et la symphonie psalmodique »
Seul sur scène « Le bruit du silence » en 2004 à Nantes! Oui, c’est collector, je sais 😀

Et le dernier, c’est le plus récent !

C’est lors de la première de ma conférence-théâtralisée « Au secours, j’ai un collègue sourd », le 5 juillet 2018 , au Complexe du Rire à Lyon. Merci Talenteo pour cette aventure! Et bien sûr Laurent Lacroix d’Evedia pour m’avoir aidé à la mettre en scène

Etre un comédien sourd….

Comment je vis le théâtre en tant que sourd chez les entendants ?

Effectivement, j’ai toujours évolué lors des ateliers, des stages, des pièces de théâtre avec des entendants. Sauf une année, où nous étions deux personnes sourdes appareillées.

Cela m’a demandé un sacré travail d’écoute et d’humilité. La plupart du temps, mes collègues étaient très attentifs pour que je puisse comprendre lors du travail sur scène (impros, répétions de scènes). J’ai surtout aussi pu trouver des compagnies de théâtre très bienveillants et vigilants.

Lors des consignes, je me mettais souvent en face du prof ou pas loin. Euh, pas tout le temps car ils parlent souvent fort et distinctement. Un vrai plaisir et un vrai confort.

Dans la compagnie de théâtre dans lequel j’ai évolué un certain nombre d’année, plus précisément Le Voyageur Debout, les improvisations étaient vécus de manière très intérieurs, fortes et en prenant le temps d’être. Ce n’est pas comme les matchs d’improvisations. Cela je ne pourrai pas. J’avais tenté mais cela partait en ping-pong et c’était trop dans le challenge et la rapidité.

Puis les impros, cela se vivait aussi par le corps, les expressions du visage, les attitudes. Je pouvais avoir assez d’éléments pour ne pas tomber à côté de la plaque. Et si cela arrivait, cela n’était pas grave. Cela fait partie de la vie et on pouvait toujours rebondir.

Je vous partage une expérience très récente lors de mon dernier stage de théâtre. Nous avions fait du masque qui recouvrait la moitié du visage. Une vraie galère pour comprendre ma partenaire. J’ai dû m’appuyer sur ses intonations de voix, ses gestes et sur le scénario que nous avions construit ensemble.

Si le théâtre se vit à fond, c’est pour moi une vraie école de vie où l’on apprend à s’écouter, à être écouter, à s’exprimer et à pouvoir laisser l’autre s’exprimer.

Ce qui est pour moi essentiel quand je fais du théâtre, c’est d’avoir la possibilité de me relaxer, de lâcher-prise dans mon corps et mon esprit pour être le plus disponible à soi et aux autres. Faire du silence en soi et accueillir avec joie, avec un petit sourire intérieur ce qui advient.

Pour le comprendre vraiment, il faut le vivre et l’expérimenter sans cesse.

Le théâtre m’a permis d’aller au-delà de ma surdité, d’explorer toutes les facettes de notre humanité, car c’est un jeu et un plaisir de ressentir, goûter ce que nous ne pourrions pas faire dans la vraie vie.

 

A quand la neige? When the snow would comes? Por Cuando la nieve?

  • Quand aura-t-on la neige?

C’est triste et bizarre Noël dans la douceur!

Mais aura t-on de la neige?

Un hiver n’est pas un hiver sans sa blancheur.

_DSC0081 (2)

 

  • Je ne sais pas

Qu’est-ce qui est important en ces temps de fête?

_DSC0082 (2)

(Statues trônant devant l’Opéra d’Avignon)

 

Dialogue de sourds

  • Partons vers d’autres horizons

Au-delà de nos désespoirs

  • Je veux bien prendre une poire

Et la manger sans raison.

 

  • Luttons contre toutes les haines

Avec nos joies et nos rires.

  • Je prendrai bien une petite laine

Il fait froid à faire frémir.

 

  • Et si tu m’écoutais pour une fois

Et me répondais sérieusement.

  • Mais je n’ai pas de crise de Foi

Oh que nenni ! Point je ne mens !

 

  • Bigre de rage, écoute-moi

  • Vas-y parle sans émoi.

  • Je te proposai de partir.

  • Je ne veux pas mourir.

 

  • D’aller gravir les montagnes

  • Je ne veux pas prendre de castagnes.

  • D’aller voguer dans les eaux vives.

  • Je ne veux pas échouer sur les rives.

 

  • Allons faire mille voyages.

  • Je n’irai pas en cage.

  • Bon, restons ici s’ennuyer !

  • Juste vivre avec sérénité

Et profiter de chaque seconde

Entre nous, en ce monde

Qui bouge sans arrêt, s’ignore.

–         Tu es malade ? Tu t’endors ?

–         Juste un brin d’intelligence
dans mes abîmes d’ignorance.

 

( Texte écrit en 2006)