Dis, tu fumes ? You smoke ?

Au gré de ma balade, je te vois, seul, à l’orée du bois.
Je vois de la fumée qui s’élève de ton hêtre.

Ah mais laisse moi. Je réfléchis. Cela te chêne ? 
Je m’aère, je vapote, je m’évente. Je suis au bouleau, tu vois ! 
Je me rends disponible si jamais des fesses viennent me rendre visite.

DSC_0946

Il vient de pleuvoir. Ta chaleur est certes accueillante
mais le soleil nous invite à la marche. C’est son charme.

Ingrat. Je boude. Que je d’ormes.
Que mes vapeurs répulsent les moustiques et viennent te piquer. 

Sympa, merci ! Pour l’instant, ça va, je touche du bois.
Fume, si tu veux, tant que tu ne deviennes pas cendre.

Pas de piété, hein ! Je ne veux pas de ta compassion ! 
Il n’y pas de risque que je sente le sapin. 

Allez, j’y vais mais je ne te laisse pas au ban de mes pensées.

C’est fin, c’est très fin. File avant que je me f’hache. 

Slam du déconfiné

Bonjour à tous,

Je partage avec vous mon slam du déconfiné que j’ai déclamé sur ma terrasse hier soir.
Pour conclure mes 40 jours de balafon pour soutenir nos soignants!

 

 

Pour ma part, je reste encore confiné. Je garde ma fille une semaine, puis elle ira à la crèche. Affaire à suivre!

Pleins de courage à chacune et chacun !

Pluie en pagaille

Pluie nourricière
Pluie outrancière
Pluie Rafraîchissante.
Pluie terrifiante.
Pluie douce et fine.
Pluie qui nous confine.

Gouttes brillantes.
Gouttes bruyantes.
Gouttes délicates.
Gouttes écarlates.

Sortons les parapluies !
Euh non, c’est cuit!
Restons au sec.
N’allons pas vers l’échec!

Gouttes (1)

Le regard du chaton

Un petit regard d’innocence
Appréhension d’une naissance
Vers l’age adulte, âge cruel !
Trouver un rituel.
Et faire le premier pas,
Savourer son premier repas.
Oser aller vers l’inconnu
et colorier ce qui est nu.

DSC_0551
Chaton pris en photo en Lozère 

Lumière du soir

Rien à faire,

tout à écrire.

un credo bien certain

Pour un projet serein.

 

Ouverture de l’Esprit

Pour un monde sans prix.

Admirer la lumière

S’émerveiller avec flair.

 

Les neurones fusent à point,

Les mots font tout un foin.

Le clavier crépite

Et ponds des pépites.

69598482_489235185242098_2294266251284840448_n

Rien à dire

Je n’ai rien à dire.
Je manque d’air.
Pas de commentaires.
Rien à estourbir.

Je manque de souffle.
Pas d’inspiration.
Tout dans l’aspiration
De mots qui s’essoufflent.

Rien que des regards.
Ou bien des couleurs
Pour apaiser la douleur.
Mon sourire se bagarre.

Et puis vient le sens
D’une idée murmurée
Par une voix point déchirée
Pleins d’effervescence.

Fixation d’image
Pour un long voyage
Dans un temps suspendu
A mes heures perdues.

Enfin, mes doigts défilent
A travers l’imaginaire
Qui me distille
Des rimes apollinaires.

Slam toujours engagé

J’espère la révolution

Une révolte de la joie

Un souffle de la Foi

En l’homme sans soumission.

J’espère un immense partage

De chacun et chacune

Dans leur long voyage

Sans gri-gri, sans rancune.

Vive la route

Qui nous déroute

Vers une colère

Qui nous libère.

J’espère la sérénité

Au delà de la haine

Vers la solidarité

Toute pérenne.

 

Slam composé lors du festival Vents du monde à Chaponost. Nous devions inclure 10 mots proposés (soulignés dans le texte) sur une table et produire un texte que nous devions déclamer à la fin de la journée devant le public.

Rimes engagés

Murmures du désert

Un silence tout fier

Se faufilant dans la poussière

De sable et de pierre.

Complainte d’une forêt

Où les arbres créent

Une énergie à libérer

Pour une humanité délurée.

Plainte de l’océan

Tout en digerant

Les plastiques mécréants.

Vite de l’oxygène

Ne renions pas nos gênes

Pour une vraie vie humaine.