Vendredi Lecture #2 – Soeur Fidelma de Cashel

Cela faisait quelques temps que je souhaitais vous parler de cette héroïne dans une série de romans policiers de Peter Tremayne.
Fidelma de Cashel est une dalaigh (Avocate des cours de justice) en Irlande dans les 650-700. Elle est aussi religieuse et elle est souvent confronté aux conflits religieux entre les rites pénitentiels de Rome et les rites catholiques d’Irlande.

Peter Tremayne a écrit 30 livres où Soeur Fidelma est envoyé sur des affaires criminels pouvant soit ébranler les cinq royaumes dont son frère Colgù est roi de Muman, un des royaumes. Ou bien sur des affaires où se confrontent les rites anciens, païens et la nouvelle foi catholique.

Livres de Peter Tremayne.jpg

Pourquoi je souhaitais vous en parler ? Parce que je suis fan de Fidelma, une soeur très érudite, très futée qui arrive à démêler les mystères. Elle est parcourt les terres d’Irlande mais aussi a du enquêter à Rome (Le suaire de l’Archevèque) – Même voir cet excellent article :   Le suaire de l’évêque de Peter Tremayne   .
Elle doit aussi se retrouver en France lors du concile d’Autun où elle sera confronté aux conflits entre les différents peuples burgonds, romains etc… (Le concile des maudits) ou dans le Morbihan (La colombe de la Mort) avec les britons !

Je me régale à lire les joutes oratoires sur les questions théologiques et aussi sur les lois du Fénéchus, lois très avant-gardistes pour l’époque car ils laissaient énormément de place aux femmes. La preuve, Fidelma a eu le plus haut-grade au niveau de la justice irlandaise.

Puis surtout la plume de Peter Tremayne ne faiblit jamais pour nous tenir en haleine, avec des descriptions de toute beauté des paysages irlandaises ou bien d’autres contrées que Fidelma visite.
On suit avec intérêt aussi son amitié avec Frère Eadulf, un couple étonnant tant leurs caractères sont différents mais des valeurs qu’ils partagent sans cesse sur le sens de la justice et une foi au plus juste de l’Evangile !
Et quand je finis une enquête de Fidelma, je relis plusieurs la fin avec son plaidoyer savoureux à souhait. Je ne suis jamais déçu.

Bref, j’ai hâte de retrouver les livres que je n’ai pas encore lu des aventures de Fidelma !
Je vous souhaite de la découvrir et de vous laisser emporter par sa fougue et d’autres personnages attachants de la série.

 

Première tomate / tomatoe fist

Apparition de ma première tomate

Oh joie d’avoir vu apparaître cette première tomate dans mon potager ! C’est très gratifiant de voir l’évolution des plants et d’observer l’émergence des fleurs puis des fruits !

Affaire à suivre donc pour la suite

Slam du déconfiné

Bonjour à tous,

Je partage avec vous mon slam du déconfiné que j’ai déclamé sur ma terrasse hier soir.
Pour conclure mes 40 jours de balafon pour soutenir nos soignants!

 

 

Pour ma part, je reste encore confiné. Je garde ma fille une semaine, puis elle ira à la crèche. Affaire à suivre!

Pleins de courage à chacune et chacun !

Journal d’un confiné #18 Pas de rimes aujourd’hui

Je reprends ce journal, abandonné depuis 5 jours.
Pas vraiment un journal, un fourre-tout sans détours.
(Irrégulier certes mais tu varies tes propos).
Et pourtant, notre rythme est la même avec les temps de travail,
Les temps de jeux avec notre fille, les préparations de repas.
Nous avons bien des horaires qui permettent de rythmer notre quotidien.
(Tiens, tu ne veux plus rimer, tu as la grosse flemme ?)
Complètement. Chercher parfois les rimes me coupent dans l’inspiration.
De temps en temps, cela ne correspond pas à ce que je voulais vraiment dire.
(C’est pas faux, quelque fois, tu pars un peu en cacahuetes).
Sois poli, hein! Pas évident de faire le tri entre nos émotions liés à l’actualité
Et les émotions de notre enfant à gérer. Une vraie éponge donc faire attention.
(Arrête de râler, t’es quand même privilégier).
Le confort ne peut pas empêcher le stress, la tristesse et la colère.
Ce qui m’importe, c’est aussi les liens. La relation me manque.
(T’as quand même ta femme et ta fille ! Et ça se passe bien).
Oh ça, je ne m’ennuie pas, c’est sûr. Surtout avec les comptines.
Ou bien les histoires que je relis à perpette, toujours les mêmes livres.
(Sérieux ?  improvise, invente, fais du théâtre )
Cela te va de donner des conseils. Sur le terrain, c’est autre chose.
Mais j’avoue, j’ai parfois de bonnes surprises et c’est agréable.
(Ah tu vois ! Faut savoir saisir les petits bonheurs )
Surtout quand elle se réjouit du caca ou pipi qu’elle a fait dans son pot.
J’aime bien cette délicieuse et surprenante spontanéité.
(Merci, je viens de prendre mon petit-déjeuner !)
J’apprécie de regarder les arbres et d’observer les oiseaux. Cela me détend.
J’admire ma fille quand elle joue toute seule, s’invente pleins d’histoire.
(T’as pas fini ton journal, là ?)
Si ! Je pourrai m’arrêter. Mes lecteurs pourraient s’en lasser.
Je te laisse donc et m’en vais me prélasser.
(Sans commentaires)

Eté (5)

Nos ainés

Nos vieux, si tout se passe bien, nous serons comme eux.

Nos vieux sont nos histoires singulières, particulières, uniques.

Nos vieux sont des jeunes qui ont eu des idéaux, des rêves, des passions.

Nos vieux sont nos mémoires, nos vies remplies de souffrance et de joie.

Dans un village de la brousse sénégalaise, un vieux couple enlèvent la coque des arachides pour nourrir leur entourage.

Dans nos contrées françaises, un vieux couple sont seuls dans une maison, regardant hagard un ciel pluvieux.

Au coin du feu, autour des jeunes et des adultes, une vieille dame leur raconte une histoire. Pas de murmures et de ricanements brisent l’aura de la conteuse.

Chez nous, la grand-mère est déjà dans sa chambre loin du brouhaha de sa famille, qui se chamaille, l’ont mis à l’écart parce qu’elle radote.

Au pied d’un immense manguier, sur une natte, sont assis des vieux en silence avec fierté. Des gens du village viennent les consulter pour des conseils de récolte, d’éducation de leurs enfants.

Dans les maisons de retraite, ils sont parqués dans un salon, figés comme des statues en attendant le repas.

Mes vieux, mes grands-parents,  sont morts et j’aurai tant bien aimé parler avec eux, connaître encore plus leurs vies, qu’ils se réjouissent de ce que nous vivons, qu’ils nous accompagnent dans nos épreuves avec confiance et espérance.

Quelle relation avons-nous avec nos vieux ? Quel lien, quel regard avons-nous envers eux ?

Mettons-nous à leur place.

Comment j’aurai aimé qu’on s’occupe de moi ? De quelle manière pourrait me respecter dans ma dignité, ma liberté malgré mes dépendances ?

Comment j’aurai aimé qu’on me voie, qu’on me considère, qu’on me reconnaisse ?

Ils sont toujours des adultes, des individus qui méritent de la bienveillance, de la douceur, de la tendresse même s’ils nous renvoient des choses difficiles dus à leur âge. Ne les enfermons pas dans leurs pathologies, dans leurs maladies etc…

Ils ont chacun leur place dans la société à leur manière.

Que je vous rassure, chez nous, je connais des maisons de retraite qui respecte chaque personne âgée, une volonté de l’intégrer et de lui laisser une place en toute liberté.

Donnons-leur la possibilité de continuer à vivre dans une ambiance de joie, de sérénité, de créativité malgré les douleurs, les souffrances.

Nos vieux, que leurs fins de vies soient la meilleure possible.

Nos vieux ? On devrait dire nos aînés ?
Qu’en ces temps difficiles, prenons encore plus soin d’eux !

Kolda et Ballade 041
Couple jeune depuis longtemps décortiquant des arachides au Sénégal, 2007 !

Journal d’un confiné #16 Persévérer

Déjà un gros mois de confinement,
Je n’ai pas vu le temps passer, vraiment !
(Normal, ta fille rythme légèrement ta journée)
Je jongle entre mon travail et les jouets,
Je surfe en ligne et sur les duplos.
(On voit bien le sacré tableau).
J’essaie de monter des minis-projets
Pour continuer à ne pas me négliger.
(Il est vrai que ta coiffure laisse à désirer).
J’essaie de peaufiner mon écrit, de persévérer
De créer, de se faire plaisir et partager.
(Tu oses quand même faire la musique).
Pour un sourd, ce n’est pas logique
Et pourtant ce n’est pas absurde.
(Ouais, mais ça me perturbe !)
Cela fait toujours cet effet les nouveautés,
Les étrangetés peuvent nous déconcerter.
(Mais après, cela devient ordinaire).
C’est parfois long les préliminaires,
La patience a du bon et c’est l’extase.
( Euh… attention, ça sent le gaz).
J’ai rien entendu. On s’égare.
J’aimerai continuer à ne pas être hagard
(Et continuer à croire aux vrais changements ?)
Au niveau local, cela peut être un soulèvement.
Affermir nos liens et tenir bon dans la solidarité.
(Faudrait trouver de la complémentarité).
On entre dans un laborieux marathon
Et continuer à hausser le ton
(Pour ne pas perdre nos libertés ?)
Pour ne pas que l’argent prime sur la santé.
Pour ne pas que le pouvoir prime sur la collectivité.

Trouver un juste milieu entre notre équilibre
Et l’équilibre de notre entourage qui vibre.

Enorme soutien à nos auxiliaires de vies, à nos soignants,
A nos caissiers, à nos éboueurs, à nos enseignants,
A nos travailleurs sociaux, à nos agriculteurs,
A nos routiers, à nos artistes, à nos producteurs.

DSC_0203

 

 

Journal d’un confiné #14 Pâques

Ce matin, ce fut la chasse aux oeufs.
Elle s’est habillé à une vitesse folle
Pour aller courir sur le gazon,
Juste dans un petit espace vert à nous
Mais ses cris de joie ont rempli le quartier.
Joie particulière ce matin en ces temps douloureux.
L’obscurité n’empêchera jamais la lumière d’émerger.
(Dis, tu arrêtes les phrases bateaux, un peu gnangnan).
Je me disais bien qu’il y avait un truc, autant de phrases d’affilées.
(Méfie-toi, tu vas le regretter un de ces jours,
tu seras un vrai sourd-muet).
Hier, j’ai tenté de faire un pain à la farine de mais
Puis des brioches d’origine italienne.
(Mazette, je crains le pire. Et alors ?)
Le goût est bon sinon, c’est roboratif.
(C’est l’intelligence artificiel qui t’a donné la recette ? )

Tu sais quoi, je souhaite lister les bonnes initiatives qui émergent et mes coups de coeur.
(Ce sont des oeufs que tu offres quoi! Pas de quoi faire une omelette).
Bref, c’est parti et cette liste n’est pas exhaustif bien entendu :
LPLIZ: une communauté d’entraide et de bienveillance en faveur des personnes les plus fragiles, handicap (in)visibles. Aujourd’hui, dans ces moments difficiles de confinement liés à la pandémie du COVID-19 cette idée prend tout son sens. Lpliz rassemble une communauté de 5000 Lplizers actifs, d’aidants et d’aidés. (Source : Talenteo)
(C’est pas beau de faire un copié-collé, dis donc! Faut voir leur liste tout simplement)
Réserve Civique : un plate-forme qui recense les besoins et proposer ses services
1lettre1sourire : Pour envoyer des lettres aux personnes isolées, à ceux qui sont dans les EHPADS.
(J’en ai déjà fait deux mais faudrait en faire plus. La solitude est mortel hélas aussi).
Fabrication de masques pour permettre aux personnes sourdes et malentendantes de lire sur les lèvres. (Source : informations.handicap.fr )

Puis il y en pleins d’autres. N’oublions surtout pas ceux qui travaillent dans des foyers de vie (Educateurs spécialisés, AMP, moniteurs-éducateurs…), ceux qui font de l’aide à domicile…

Je vous envoie pleins d’ondes positives
(Tant que ce n’est pas la 5G)
Osez téléphoner, prendre des nouvelles !
Un mot pour se sentir exister et faire vivre l’autre.
(J’entends les violons et les trompettes).
Bref, restez chez vous et prenez soin de vous
(S’il n’y pas d’obligations vitales, bien entendu). 

Table festif (Gâteaux et boissons)
Pâques en Guinée-Bissau en 2007 ! (Photo qui n’illustre aucunement ton texte !!)

Journal d’un confiné #12

La persévérance et la patience portent du fruit.
Quand le silence vient, ça fait un délicieux bruit.
(Toi, tu as bu de la bière ou de l’hydromel !)
Le confinement nous fait vivre l’essentiel
Quand certaines conditions sont réunies.
(C’est évident, d’autres ont des petits nids !).
J’envoie des ondes positives à ceux qui galèrent
Dans la solitude ou dans une ambiance scolaire.
(N’oublie pas ceux qui sont sur le terrain).
Bien sûr, soutenons-les avec des tambourins,
Qu’ils aient une vraie reconnaissance politique !
(Pas seulement des mercis, une vraie logistique!)
N’oublions personne pour plus d’humanité
Que l’argent serve à la solidarité, à la dignité.
(Dans tes rêves, mais oui faut y croire et se battre)
Rendre service, cela ne doit pas nous abattre
Mais relever ce qui fait sens en nous, le plus juste.
(Que ce ne soient pas les mêmes qui dégustent)

Hier soir, comme chaque soir depuis jeudi dernier,
J’ai fait du balafon sur ma terrasse !
En voici une démonstration : (Avancez un peu la vidéo pour m’entendre jouer 😉 )

 

 

Journal d’un confiné #10 – Voyage

Parait que ce sont les vacances
Instants de tous les extravagances.
(Tout mais dans ta demeure).
J’irai sur les routes sans heurts
Loin des tumultes, de l’agitation.
(Tu m’agaces ! Dans ta construction!)
J’irai sentir les embruns subtiles
et oublier les tracas futiles.
(Tu es sourd ou quoi ? Chez toi!)
Je découvrirai la Bresse, l’Artois
Ou les confins du Cézallier.
(Je m’énerve ! Dans ton foyer ! )
Je parcourrai les sommets du Jura
Et les profondeurs du Sahara.
(Tu sais ce que c’est le confinement ? )
J’irai sillonner les départements,
M’égarer sur les communales.
(Tu ignores la crise internationale ?)
Seul, coupé du monde, peinard
Je chantonnerai sans fard.
(Espèce d’égoïste ! Ici on crève !)
Dis, tu me laisses un instant de rêves
Tranquille dans mes toilettes !
(Hein ? Toi, tu vas te prendre une palette !)
Je reste bien chez moi pour ma santé
Et la santé de toute ma communauté.
( Et que cela ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd!)
Sinon faudra le dire avec des images, des signes
Pour que tout le monde intègre les consignes.
(Et bien, je nous souhaite un meilleur séjour!)

 

DSC_0744_01

Et pour ceux qui se seraient pas au courant, j’ai fait une petit vidéo :

%d blogueurs aiment cette page :