[Projet 52-2020] #41 – Au musée

Cette semaine, avec le projet de Ma’, nous allons au musée. Nous y allons pour se cultiver, pour se distraire, pour s’émerveiller, pour apprendre et même pour s’amuser. (Non, pas pour glisser dans les couloirs, bande de galopins).
Un musée, on s’imagine un bâtiment, grand ou petit ! Un musée classique au niveau des arts ou incongrue comme le musée des poupées, ou bien le musée du cure-dents à Laval :-D.
Pour ma part, c’est un musée à la fois en plein-air et à l’abri. J’y avais emmené des enfants dont j’avais la charge en 2012. C’est donc le musée Gallo-romain de Saint Romain en Gall près de Vienne. Ah bein, non raté, je ne retrouve plus les photos. Bizarre !
Finalement, cela sera l’institut Lumière, le fameux musée des frères lumière à Lyon Montplaisir !

Allez donc voir où sont allés lesu autres participants au musée !

Au passage, ce week-end, je serai peu disponible car en famille (youpi, retrouvailles car pas vu depuis décembre dernier, cela faisait long).

Un animateur en EHPAD #12 Fin de partie et bilan

Contrairement à ce que j’avais annoncé, je n’ai pas prolongé mon contrat de trois mois sur mon poste d’animateur. Il y a plusieurs raisons à cela et je ne les cacherai pas pour témoigner des dérives.
Tout d’abord, je ne voulais plus être complice des maltraitances que subissaient les résidents. Complice en étant impuissant et ayant peu de poids dans l’équipe.
La posture de certains aides-soignantes étaient à l’opposé de mes valeurs. Je faisais part de mes questionnements à la direction sur une problématique donnée. Les recadrages étaient faibles, et les paroles étaient très peu suivies d’actes forts telles des sanctions.

J’ai pu verbaliser les dysfonctionnements à la direction lors de mon départ. Et surtout que j’étais épuisé par mon impuissance face à la maltraitance et à une équipe qui n’était pas vraiment une équipe. Néanmoins j’étais reconnu dans ce que je faisais et on m’appréciait. Personnellement, il y avait pas de tensions entre moi et l’équipe. C’était surtout que je ne voulais plus cautionner le type de « prise en charge » des résidents.
Ce qui me manquait vraiment, c’est la bienveillance et le respect. J’aurai aimé des temps de débriefing, des temps de parole, de formation. Bref, que le temps passé auprès des résidents ne soit pas que de la technique mais aussi humain. On en soigne pas une machine mais un être qui a eu un vécu, a une famille, des expériences de vie etc….

Le mercredi, jour de mon départ, j’ai distribué le journal de la résidence que j’avais bouclé la veille. Et j’en ai profité pour leur dire au-revoir. Humainement, ce ne fut pas simple de gérer les émotions 😀 ! Mais je pouvais être fier professionnellement. Unanimement, ils étaient contents de ma présence, que j’allais leur manquer.
Il y en juste une qui m’a fait rire sur le coup/en disant : »Tant mieux »!

Ce fut une très belle aventure professionnelle et humaine même ce fut difficile par moments. Cela m’avait pas mal questionné sur la place denos grands-parents dans notre société. Quel sens a notre vie si c’est pour finir seul, maltraité dans une maison de retraite ? Mais heureusement, je sais qu’ils y a des lieux de vie bientraitants qui existent, des maisons intergénérationnelles. Peut-être que je vous ferai un article sur ces maisons qui font vraiment du bien.

Ce fut une citation qui m’a décidé de prendre soin de moi et de ne plus me mettre en difficultés :
« Ce que je ne dis pas, s’accumule dans mon corps. Ca se transforme en insomnie, noeuds à la gorge, larmes, nostalgies, doutes, douleurs, tristesse. Ce que nous disons pas, ne meurt pas mais nous tue à petits feu ! « 
Bref, prenons soin de nous pour mieux prendre soin des autres.

Allez , pour finir, j’ai promis une bande-son quand je chantais dans les couloirs! (Vidéo tournée à la cave 😅😅 avant de rejoindre un couloir juste avant mon départ!)

[Projet 52-2020] #38 – Carte postale

Bonjour à chacun et chacune, alors ce samedi c’est Carte Postale pour le thème du projet de Ma’.

J’ai tenté de trouver mes vielles cartes postales mais je n’en ai point trouvé ! Ou bien de prendre en photo de haut les cartes postales reçues depuis quelques années ! Dans un carton au garage je crois oups !

J’ai choisi alors ma dernière carte postale que j’ai reçu début septembre ! C’était pour une commande de mon livre, et non elle ne vient pas directement de Rome. Sans doute, comme cette personne, vous avez des cartes postales que vous n’avez jamais écrite et dont vous vous servez pour autre chose 😁!

Alors quels sont les cartes postales des autres participants ?

Un animateur en EHPAD #8 Du rythme et du rythme !

La routine commence à s’installer progressivement. Pardon ? effectivement, pas la routine car elle est mortelle.
Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine… elle est mortelle. (Paulo Coelho)
C’est surtout du rythme que j’essaie de mettre en place dans le quotidien des résidents. Et surtout cela permet des repères au quotidien pour les personnes.
Au bout de deux mois et après que le PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés) ait mis son planning au point, j’ai pu constituer des petits groupes par étage, et des jours et horaires fixes. J’ai bien prévenu les résidents que ça sera sur invitation et que ce n’est pas obligatoire. Ils savent quand ça sera leur moment d’animation et qu’ils se sentiront libre de dire oui et non.

La semaine dernière fut tranquille, pas prise de tête avec la distribution de la gazette aux résidents le mardi. J’ai aussi envoyé en pdf le journal par mail aux familles, ce qui a été très apprécié et inédit pour eux.
Le mercredi, je me suis mis un peu en galère en projetant une pièce de théâtre. Le son d’enregistrement était de très mauvaise qualité. Je ne comprenais rien ainsi que Monsieur X, un résident. Alors que les autres comprenaient tout à fait, tant mieux pour eux. Monsieur X et moi-même avons dû se contenter des mimiques, des intonations de voix pendant une heure. Je ne referai pas cette expérience car cela m’a donné une grosse migraine en tentant de décrypter ce que disaient les acteurs.
Jeudi ? J’ai surtout fait des animations individuelles et en petits groupes en lisant des contes chinois. (récupérés dans un livre d’Henri Gougaud).
Et vendredi ? J’ai surtout préparé ma semaine type d’animation et les mini-groupes. Puis en allant voir ceux qui avaient besoin d’une présence.

Une anecdote ?
A l’unité d’Alzheimer, au matin, une personne voulait que je lui allume la télévision dans la salle commune. Ayant la règle par le médecin qu’il ne fallait plus leur mettre la télé le matin, j’ai du refuser son souhait; Pour la chambrer, je lui ai demandé un chèque de 3000 euros pour accéder à sa demande. Elle me rétorqua : « Plutôt 2 999 euros! » Je ne m’ennuie toujours pas ! 😀 Vive l’humour !

C’est cette semaine que je saurai si mon contrat sera reconduit ou pas! Affaire à suivre donc !

Prieuré de Montverdun

Notre prochaine visite fut le prieuré de Montverdun et nous ne fûmes pas déçu de la visite ! Un très beau lieu avec un panorama à 360 degrés !

Il y avait aussi une très belle exposition mais je n’ai pas eu la présence d’esprit de prendre quelques photos 😀 !

DSC_0032_01DSC_0036_01DSC_0030_01DSC_0037_01DSC_0029_01DSC_0034_01

 

Situé sur un piton basaltique de 20 millions d’années, le Prieuré domine la plaine du Forez avec un panorama de 360°.

Habillé de pierres basaltiques, le Prieuré fut fondé par des Augustins au XIème siècle. Par la suite il devint un monastère Bénédictin dépendant de la Chaise-Dieu. Les moines participent à l’essor de l’agriculture en aménageant des étangs qui sont fort nombreux dans le Forez et un bon exemple est la Réserve de Biterne.

Au XIIIème siècle le Prieuré fut protégé des invasions éventuelles par des remparts que vous pourrez encore admirer en vous promenant dans son cimetière.

Dans son roman pastoral l’Astrée, Honoré d’Urfé avait imaginé le pic de Montverdun comme lieu d’oracles et de druides. Aujourd’hui, les Chemins de l’Astrée, boucles de randonnée pédestres et VTT, vous proposent de découvrir les principales étapes du roman qui passent par les châteaux de la Bâtie d’Urfé, de Sainte-Anne, de Goutelas, par le Prieuré, longeant et traversant le Lignon.

Depuis 1687 les reliques de Saint Porcaire sont exposées dans une chasse en argent offerte par Camille de Neuville , archevêque de Lyon.

A la révolution, le Prieuré devient propriété communale. Une partie est utilisée comme remise agricole tandis que l’école communale occupe le rez-de-chaussée. De nombreux bâtiments sont démolis afin de libérer des espaces ou vendre les pierres.

En 1968, l’association du Pic entreprend la réfection du logis prieural. L’église, le Prieuré et les remparts sont classés Monuments Historiques en 1981.

Depuis des siècles le Prieuré est un lieu d’accueil pour les pèlerins de Compostelle.

Source : Gite du Prieuré de MontVerdun

Prochaine étape : Le col du Béal le lendemain matin (enfin, presque!)
Photos prévues mardi (un peu de patience donc)

Nostalgie breton

Ce fut une des premières photos de ce blog ! Il me semble souvenir que c’était en Bretagne, lors d’un périple en vélo avec ma femme en, euh 2010 ? Je vérifierai la date à mon retour. (J’écris du bus qui m’amène à mon travail 😁)

Je vous souhaite une très bonne journée !