Joie d’un père

Je la contemple, ma fille.

Elle sourit comme une fleur

Toute innocente, sans artifices.

Je l’admire, loin des tracas du monde

Suspendu loin du temps qui passe.

L’émotion n’est pas loin.

Elle gazouille, joue avec ses mains.

Une merveille pour une éternité

Une vie à construire, la plus épanouie possible.

Même dans le silence, j’entends battre son cœur.

En toute simplicité, j’accueille ce qui advient

Là, et les soucis paraissent éphémères.

J’aime ces temps d’observations

Puis les moments de complicité

Où l’on s’observe tout simplement

Sans arrière pensée, sans jugements.

Comme c’est bon ces petits instants

A les goûter à chaque fois.

Mes colères contre l’injustice s’apaisent.

Mes tristesses disparaissent.

Je comprends un tout petit peu mieux.

Un petit bout bouleverse toute une vie.

Et ça continue chaque jour

Où l’inattendue nous guette toujours.

L’émotion m’étreint.

Joie profonde.

Je vis.

Elle vit.

Nous vivons

Et si je me reposais ?

Alors que je m’épuise à ranger, à trier, à mettre de l’ordre,

Je n’ai plus de repos, ni d’instant de calme.

L’un me sollicite pour aller aux toilettes,

L’autre qui veut jouer aux playmobil.

Puis mon conjoint qui n’arrive pas.

Mon corps frémit mais je tiens le coup malgré tout.

Ma tête est comme une essoreuse où les pensées filent à mille à l’heure.

Et si je me reposais ? Et si je me déconnectais ?

Mais comment ? Avec tout ce qu’il y a à faire ?

Ais-je le droit ? Ne me verra-t-on pas comme un parent indigne ?

En fait, je n’arrive plus à penser sereinement.

C’est le stress, la volonté de maîtriser et de vouloir que tout se passe bien

Qui m’aide à m’avancer.

Qui serais-donc pour demander à quelqu’un de garder mes enfants

Et que j’aille me reposer une journée entière ?

Un parent laxiste qui abandonne ses enfants ?

Puis je m’inquièterai sans doute sans cesse si les enfants vont bien,

Est-ce que je n’ai rien oublié ?

Et si je lâchais prise ? Non, pas l’abandon, juste admettre que rien ne sera parfait

Mais ce que je ferai de mon mieux, ça sera déjà bien.

Aucun parent n’est superman. Faut déjà en prendre conscience.

Il me faut accepter de prendre un temps pour être encore plus disponible avec les enfants.

Tout est question de confiance. Facile à dire qu’à faire, je sais.

 

J’écris ce texte alors que je ne suis pas encore parent.

Mais j’imagine bien en voyant comment vivent ceux qui ont des enfants.

Aussi, parce que j’ai vécu aussi au quotidien avec des jeunes en tant éducateur spécialisé,

Rien par rapport au quotidien des parents mais je peux mesurer l’ampleur de la tâche.

 

Je souhaite pleins de courage à ceux qui peinent dans l’accompagnement de leurs enfants sur leur chemin de vie.

Joies d’un éducateur

Comment ne pas s’émerveiller devant les progrès d’un être en devenir, en chemin ?

Peu importe son handicap, ses faiblesses, ses chutes, ses blessures. (A en tenir compte bien sûr mais à ne pas se focaliser dessus).

Quand il se relève pour la énième fois avec un sourire, malgré tout, c’est un plaisir de le voir évoluer.

Comment ne pas se réjouir quand un enfant a galéré se redresse ?

La base de notre vocation d’éducateur (travailleur sociaux, parents, profs etc.), c’est toujours en l’autre même si elle chute. Bien sûr que nous ne sommes pas superman et pouvons être tenté de baisser les bras malgré nos efforts.

Mais savoir que l’enfant, le jeune réussira un jour, cela nous donne toujours une occasion d’y croire, d’innover notre manière d’être et d’accompagner.

Se réjouir quand nous voyons l’enfant comprendre.

Se réjouir quand l’enfant fait son premier pas.

Se réjouir quand le jeune s’émerveille devant une surprise.

Se réjouir quand l’enfant me dit merci, gratuitement.

Se réjouir quand l’enfant est fier de ce qu’il a fait.

Se réjouir quand nos mots, nos actes portent du fruit et que l’enfant, le jeune s’épanouit véritablement.

Se réjouir quand un talent se déploie chez le jeune et qui se donne à fond.

 

 

Quand la joie advient, il est tellement bon d’en profiter, de la faire fructifier, de la partager pour apaiser nos galères, nos envies de râler et de s’encourager.

Puis la joie de savoir que des lieux bienveillants existent et qui fonctionnent bien. Qu’il est tellement bon de pouvoir s’en inspirer et le partager autour de soi.

Je vous souhaite de cueillir vos joies, de les entretenir et de vous en souvenir quand vous traverser des périodes difficiles.