Un truc nouveau

Ce soir,

Un petit bonsoir

Pour un truc nouveau

Mais tout se vaut !

Juste un coucou gratuit

Sorti d’un étui

De nulle part.

Une improvisation bizarre

Avec des mots sans queue de lézard

Et des semblants de rimes.

Juste éclater de rire que rien ne grime.

Sans effort

Enfin en poussant sur le sort.

Ne plus rester sourd à la nouveauté

C’est se laisser surprendre par la liberté.

Et de goûter à la jubilation

De la moindre réalisation

D’un défi

Sans faire fi

De jugements.

Vraiment !

 

La lecture, une porte ouverte vers la liberté

Cela se vérifie sur le terrain, par l’expérience. La lecture libère la personne dans la construction de soi. La lecture lui ouvre des portes qu’elle n’aurait jamais imaginées. Cela est encore plus vrai pour des jeunes et des adultes.

Quel bonheur, n’est-ce pas, de découvrir par soi-même des mondes, des univers insoupçonnés ?

La lecture qui va de soi aussi avec l’écriture peut nous aider à construire notre pensée, à choisir nos mots qui convient à ceux que l’on vit.

Permettre au jeune, à l’adulte d’accéder à la lecture et à l’écriture, n’est-ce pas lui permettre de s’émanciper, de s’ouvrir pleins d’horizons ?

 

Grâce à la capacité de lire puis de faire des recherches, j’aimerai vous faire part des citations que je trouve juste par rapport à la lecture :

 

  • Une lecture amusante est aussi utile à la santé que l’exercice du corps

 Emmanuel Kant

  • La lecture, c’est une vertu irremplaçable qui enrichie le savoir et fortifie la mémoire.

Salim Boudiaf, étudiant, La Lecture, Belgique, Charleroi, 1968

  • Une heure de lecture est le souverain remède contre les dégoûts de la vie.

Montesquieu

Tout dépend de ce qu’on lit comme livre. Je me souviens d’avoir lu Sukkwan Island, cela m’avait complètement déprimé. Parfois, on ne peut pas savoir ce que le livre va faire comme effet. C’est très subjectif et selon le vécu de chacun.

 

Comme expérience professionnelle, je peux vous partager que la lecture m’a beaucoup aidé en collège, comme évasion et  m’identifier à des héros, des histoires extraordinaires, pour faire face aux moqueries de mes camarades.

  • En prison, il me semble que ce sont ceux qui ne savent pas lire qui sont les plus énervés. La lecture c’est le seul moyen légal d’évasion.

Anonyme

  • La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens.

Daniel Pennac

 

Je voudrais finir avec Daniel Pennac et ses dix commandements du lecteur :

  1. « Le droit de ne pas lire »
  2. « Le droit de sauter des pages »
  3. « Le droit de ne pas finir un livre »
  4. « Le droit de relire. »
  5. « Le droit de lire n’importe quoi » (même s’il y a des bons et des mauvais romans)
  6. « Le droit au bovarysme (c’est-à-dire à la passion quand on lit).
  7. « Le droit de lire n’importe où »
  8. « Le droit de grappiller » (commencer un livre par le milieu !)
  9. « Le droit de lire à haute voix »
  10. « Le droit de nous taire » (taire nos sentiments à l’égard du livre)

Issue de « Comme Un roman ».

Voici quelques liens sur la lecture qui pourraient vous intéresser (ou pas):

. Les bienfaits de la lecture

. Madame, je veux apprendre à lire (Lien social)

. L’illétrisme, une souffrance

 

 

Et vous ? Vous aimez lire ?

Course contre le FHaine

Je voudrais courir loin devant, loin des violences et des guerres verbales.

Courir loin de cette haine, de cette peur qui engendre la méfiance.

Mais je voudrais courir pour la paix et crier que tout est encore possible.

Ne vous résignez pas, ne vous trompez pas de peur ni de colère.

La vague bleu marine est un paradis sécuritaire et un enfer

Pour le futur si l’on baisse les bras et être privé de liberté.

Je ne veux pas et je vous dis haut et fort : « Allez à l’isoloir »

Et pas à l’urinoir dans l’indifférence de ce qui se passe.

Au lieu de râler, agissez où vous êtes. Faites-vous entendre

Avec le moyen d’expression que vous pouvez avoir.

Non au Front National !

Résistons et n’essayons pas d’expérimenter ce parti au pouvoir.

Surtout pas.

Nos ancêtres se sont battus pour éviter tout extrémisme, pour la liberté.

Ne renions pas cet héritage et entrons en résistance.

Je sais ce que c’est la peur de « l’étranger » car adolescent (13 ans), j’ai été agressé

Par des jeunes (17-18 ans ) d’origine magrébine. 3 contre 1 pour mon vélo.

J’ai résisté en tenant mon vélo. J’ai crié et j’ai eu des coups de poing.

J’ai encore crié. Puis ils sont partis en courant résignés.

Je n’ai pas eu la haine. Juste peur pendant des années en voyant des groupes de jeunes.

Par des expériences à l’étranger, par des rencontres enrichissantes, je sais que le vivre-ensemble

Est possible.

Alors non! Ne laissons pas nos peurs céder et perdre notre libre humanité.