Quand je n’ai pas les mots…

Quand je n’ai pas les mots pour dire ma colère

La bile et mes tripes partent en guerre.

Quand je n’ai pas les mots pour exprimer l’injustice,

Ma respiration devient un vrai artifice.

Ma tête s’assombrit, devient douloureuse.

Mes gestes peuvent devenir dangereuses.

Et pourtant je ne veux pas crier, hurler.

Et mon manque de mots fait déferler

Des maux, des douleurs, des larmes.

Quand je n’ai pas les mots pour m’exprimer

Mon impuissance vient comprimer

Mon amour-propre, mes valeurs.

Que peut-on imaginer alors ?

Quand vient le dialogue de sourds ?

Quand rien ne vient au secours ?

Que peut-on comprendre dans la rage

Quand vient les outrages ?

Dis-moi un seul mot pour m’apaiser.

Que faire pour souffler et se poser ?

Pour baisser les armes et s’écouter ?

Va-ton rester camper dans nos positions ?

Et se laisser mourir sans conciliations ?

Vite, vite, une vraie médiation !

 

Poème écrit en lien avec l’actualité où je constate avec tristesse le dialogue de sourds entre les gilets jaunes et le gouvernement, et bien même aussi entre le gouvernement et ceux qui manifestent pour préserver notre planète.

 

Malentendus inattendues

Même sourd, je peux entendre des choses surprenantes. Enfin, ce que je crois entendre avec des sons qui se déforment, des sons mal comprises.

En voici quelques exemples :

 

  • Lors d’un cours d’économie :

On se réfère à la prostitution

 

Au lieu de constitution

 

  • Au jardin, ma femme venant me voir :

Viens, on va éteindre le singe

 

Au lieu d’étendre le ligne

 

  • En repas avec des amis

Nous avons pris un doudou ciblé

 

Au lieu… de je ne me souviens plus mais c’était le mot ciblé qui n’allait pas. J’avais répété le mot à mes amis. Ils ont bien rigolé.

 

Il vaut mieux plutôt en rire, et avec mes amis et famille, on en rit pas mal. J’ai cette chance et surtout aussi, avec mes collègues !

Je leur sort souvent mes expressions favorites :

  • Ça va, je ne suis pas sourd !
  • Je ne l’entend pas de cette oreille.
  • Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd

 

Il vaut mieux les dire à des personnes qui sont à l’aise avec ce sujet ! Ou parfois, pour provoquer un peu. Tout dépend du contexte.

 

 

Et vous ?