Jusque là, tout va bien

Au fil de l’eau, Roméo rame à contre-courant.

Un martin-pêcheur coule son bateau.

Pour l’instant, tout va bien.

Au fil du vent, Juliette guide son planeur.

Une corneille fauche ses ailes.

Pour l’instant, tout va bien.

Juliette tombe dans la rivière

Éclaboussant Roméo qui remontait sur la rive.

Jusque-là, tout va bien.

Le naufragé enlève ses effets

Et une pie les lui chipe subitement.

Pour l’instant, tout est normal.

Juliette, remontant à la surface, sonnée,

Vit un nu illuminé par le soleil de dix-huit heures.

Tout va bien, vraiment.

Un aigle royal la transporte loin de Roméo

Pour la déposer au sommet d’une tour invisible.

Ce n’est rien qu’une broutille.

Roméo s’élance tel un ver tout luisant

Et chevauche un canard qui passait par là.

Une broutille, vous-dis-je.

Juliette voit arriver son sauveur étonnant

Mais elle sent le sol se fendre, et tombe.

La routine, rien que la routine.

Roméo s’élance pour la rattraper.

Et là, c’est le drame.

Il tombe à côté de son lit

Avec dans son bras, son chat tout ébouriffé.

De l’impossible à l’un possible

Lyon (46)

Juste imaginer que là, je prépare mon sac à dos.

Prendre le nécessaire pour un voyage.

Claquer la porte et marcher vers la route.

Je fais du stop à l’entrée de l’autoroute.

Un camion me prend pour Venise.

Je laisse mon regard balayer l’horizon

Et mes oreilles écouter le chauffeur.

Il parle de son boulot, de ses emmerdes.

Puis c’est l’heure du repas. Il m’emmène au resto.

Enfin à la cantine des routiers où fusent des rires

Ou bien des engueulades et des accolades,

Puis comme ça, je décide de descendre au milieu de l’Italie.

Pour aller marcher dans la campagne aux multiples chapelles

Ou bien des petits villages perchés sur les collines.

Je refais du stop et une Ferrai m’emmène sur la cote, à Bari.

Je me fais loger chez l’habitant où je découvre les saveurs particulières

Des pâtes très variés, aux sauces très multiples.

Arrivé sur la côte, je déambule à travers les rochers et les plages

Pour me laisser bercer par les vagues et les mouettes.

Puis je prends un bateau, au hasard qui m’emmène en Calabre.

Et mon esprit vogue vers un horizon inconnu, devant mon écran.

Je réalise que je ne suis pas parti. Mes rêves paraissent impossible.

Mais tout peut devenir possible si l’on se rapproche de nos désirs.

Saisir des opportunités et prendre les moyens

Malgré nos réalités de vie tel que des handicaps, des maladies

Ou bien simplement des contraintes familialles, professionnelles.

Grand sourire aux lèvres en se disant:  » C’est un possible ».

Puis devant mon bureau, je reprends paisiblement mon travail.

Je nous souhaite pleins de trouvailles pour accomplir en partie nos rêves.