Grève nationale du secteur médico-social

Bonjour tout le monde, c’est le grand jour des revendications pour les oubliés du Ségur en ce 7 décembre. Pourquoi ? Tout simplement pour une vraie reconnaissance de nos métiers et la revalorisation de nos salaires.
Voici à peu près la liste des désagréments qui touchent la plupart des professionnels :

🟥 Salaire de misère
🟥 Postes vacants ou manque de personnel
🟥 Moyen financier en baisse ou stagnant
🟥 Manque de moyens générant une impuissance face aux problématiques des publics accompagnés
🟥 Perte de sens du métier
🟥 Management autoritaire
🟥 Remise en cause des accords sur le temps de travail
🟥 Burn out
🟥 Délais de prise de rdv interminable pour les personnes accompagnées
🟥 Mesure administrative ou judiciaire non appliquée
🟥 Licenciement ou suspension de salaire
(Liste récupéré sur la page évènement)

On le sait très bien. Pour pouvoir accompagner le plus juste possible et être aux côtés des plus précaires dans de bonnes conditions, il nous faut être disponible, en « bon état ».
Accepteriez-vous un chirurgien ivre, crevé vous opère ?
Accepteriez-vous qu’un plombier répare votre salle de bains avec des outils usées, en étant démotivé ?
Accepteriez-vous qu’un banquier s’occupe de votre compte en banque s’il est lui-même ruiné, désorganisé ?

Ce n’est hélas pas pour rien que des professionnels démissionnent et changent de métier. Pour ma part, je préfère jongler entre plusieurs métiers dont l’éducation spécialisé pour ne pas me laisser gagner par le burn-out. Hélas, je ne serai pas dans la rue pour des soucis de santé mais le coeur y est !

Je vous laisse lire le communiqué de presse :

Aucune description de photo disponible.


Bon courage à mes collègues!

Un appareil auditif en grève… ou presque

Bonjour à tous, voici une histoire qui m’est arrivée ce matin avec mon appareil auditif.

7h15. Je m’étais levé tranquille. Je pris mon appareil auditif, enfonçait mon empreinte dans l’oreille et allumait l’appareil. Normalement, je devais entendre une petite musique annonçant l’ouverture du bal sonore. Mais là, rien du tout. Le néant total. J’entendais juste des sons très étouffés, très graves, qui résonnaient très loin. Pas du tout normal quoi! Je respirais doucement. Je ne m’entendais pas. Ah, mais j’étais toujours vivant c’est sûr. J’eus des doutes. Est-ce mon oreille qui avait baissé fortement ou bien juste mon appareil auditif qui faisait la grève ?  Je tentais de faire du bruit pour essayer d’entendre au détriment de ceux qui dorment non loin de moi. Rien. Et les autres ne s’étaient pas réveillés.
J’enlevais la pile de mon appareil auditif. Je soufflais dedans. Je réenclenchais tout. Rien. J’entendais à peine. Tout était très lointain. J’envisageais ma journée complètement autrement. Dans le silence, sans tentative de sortie en société pour éviter les incompréhensions.

8h00. Au petit déjeuner, j’échangeais quelques mots avec ma femme, qui me fit des signes en retour. Bizarrement, trente minutes s’étaient écoulés et j’entendais un mot sur quatre. Mais je ne comprenais rien. Juste des barbarismes. Des mots étranges venus d’une galaxie lointaine.
J’entendais mieux les sons aiguës mais le reste, des clous ! J’en devenais presque marteau. Par précaution, je changeais de pile, on ne sait jamais … mais au final,  rien !
Les voix étaient toujours aussi étouffés. Comme si la brume venait embaumer les sons de sa robe dominicale.

9h30. Mon appareil auditif daignait me laisser quelques fréquences que je pouvais discerner. Mais rien qui pouvait m’aider à échanger, ou comprendre des consignes verbales. Les gestes, c’est bon, je comprenais, je n’étais pas aveugle. Juste sourd !

10h15. Ma petite famille était partie au marché. Je me posais tranquillement avec mon smartphone. Je percevais maintenant des petits sons que je n’entendais pas depuis tôt ce matin. Oh mais dis donc, la grève toucherait-elle à sa fin ?

10h37mn et 53 secondes. J’entendais comme d’habitude.Mon appareil auditif s’était réveillée complètement. Il avait estimé que la grève avait assez durée. Par contre, je n’avais pas compris ses revendications. Un vrai mystère technocratique… euh technologique.

Avez-vous une explication cartésienne ?