Journal d’un confiné #4

Déjà une semaine.
(Toujours pas de mauvaise haleine).
Je ne suis pas sorti depuis 4 jours.
(Et toujours un sourire, de l’amour ? )
J’irai faire des cours mercredi seulement.
(Ne pas s’exposer inutilement).
J’envoie des ondes positives à ceux qui peinent.
(Pour ne pas se laisser envahir par la haine).
Vite, courir, se défouler, bouger un grand coup
(Chez soi, contre un matelas sans se casser le cou).
Quel sera mon soleil du jour, ma vraie lumière ?
(Une illumination, un doux mystère ?)
Tenir bon et se faire du bien avec du rire.
(A consommer sans modération à faire frémir).

DSC_0706

Journal d’un confiné #3

C’est le week-end. Vive le week-end !
Sortons chez nous. (Je suis inquiet)
Allons découvrir les moindres recoins de notre salon. (J’ai peur)
Allons explorer les minimes interstices de notre cuisine. (J’ai la trouille)
Allons surfer sur nos vitres aspergées par la pluie du sud. (Je suis angoissé)
Allons voler vers nos luminaires poussiéreux. (J’ai la frousse)
Allons courir dans notre couloir sombre et étroit. (Je suis sidéré)
Allons plonger dans nos toilettes obscures et odorantes. (Je suis inhibé).
Respirer l’air frais (Vite, ouvrir la fenêtre, à tout prix).
Vivre l’instant, tenter de faire le vide (Je ne veux pas mourir).
Oser murmurer des mots doux qui font du bien (je veux crier, pleurer).
Oser entendre la joie, les rires (Je veux sangloter, exprimer mes maux).

Mais viens donc prendre le temps de lâcher prise, de pleurer.
Viens donc oser dire tes peurs.
Viens donc te blottir comme un enfant
Qui a besoin d’être consolé, rassuré.
Et ensuite se relever fouiner tes trésors dans ta chambre,
Oui bien dans ta bibliothèque.

Aujourd’hui, j’irai rompre la monotonie de ces derniers jours.
Faire quelque chose de nouveau avec ma fille, d’inédit
Mais toujours à la maison, bien sûr!
L’imaginaire n’a pas de limites.

Prenons le temps de poser vos peurs, vos craintes (tiens, j’ai oublié ce mot!)
Soit par l’écrit, l’art, le chant etc… (Avec une oreille attentive ou les yeux pour ceux qui signent la lSF).
Pour qu’elles sortent de votre coeur, de votre âme, (De votre corps ? Vous avez encore du PQ?)
Et de vous laisser remplir par les nouvelles rassurantes, (Y en a toujours, heureusement !)
Par les petites choses qui font du bien. (Même sans chercher, on peut trouver!)

De tout coeur avec le personnel soignant. (Et les aides à domiciles, les paramédicaux)
De tout coeur avec ceux qui oeuvrent pour l’interêt général. (Les caissières, caissiers, routiers/routières)
De tout coeur avec ceux qui aimeraient être confinés chez eux au lieu d’aller travailler la boule au ventre.
De tout coeur pour qui le confinement est douloureux !

Prenez bien soin de vous et de votre chez soi !

DSC_0244

Journal d’un confiné #2

Bonjour à chacune et chacun,

Le soleil est là, brille de mille feux (pour nous narguer).
J’entends un pic vert qui gargarise, joue avec ses cordes vocales (Pour rire de notre confinement).
Un nouveau jour vient (la maison est toujours là, la même!)
Les nerfs commencent à se tendre alors vite, respirer, faire de la gym ou du yoga, rire un bon coup. (Nécessaire de se défouler, de se détendre même vital).
Je me connecte aux infos de moins en moins. (Pour laisser la place à ce qui est essentiel).
Hier, je suis allé faire des courses (avec mon attestation magique).
Moins de monde que lundi. (Ouf!)
Par contre, j’ai vu se balader 4 jeunes côte à côte au centre-ville. (J’ai failli m’arrêter et leur expliquer… je ne suis pas flic et ces gaillards peuvent me tailler en pièce avec leur virus).
Au magasin, il n’y avait plus de lait. C’est la troisième fois que je repars bredouille. (Heureusement que ma fille apprécie la boisson d’avoine pour le petit-déjeuner).
Parfois les secondes semblent des heures. Alors, je tente de lâcher prise sur le temps. (Pas facile, bien sûr).
Je suis de tout coeur avec les soignants, le personnel médical, les personnes qui assurent les livraisons alimentaires, les aides à domiciles, les parents qui ont pleins d’enfants ou des enfants dynamiques!
Et de tout coeur avec ceux qui ont dans leur entourage des proches touchés par le virus.
Vraiment restons chez nous pour éviter la propagation du virus. 

DSC_0991
Photo prise en 2016 à Vincennes

Je me remets au sous-titrage de ma conférence-théâtralisée. Je la mettrai en ligne demain sur ma chaîne YouTube à 15h30 puis je serai en direct aussi sur YouTube pour échanger avec ceux qui auront regardé ma conférence.

 

Journal d’un confiné #1

Bonjour à toutes et tous,

C’est parti pour découvrir les moindres recoins de l’appartement. (un peu trop poussiéreux, à mon goût, vite du ménage!).
Réentendre les moindres bruits de la maison, avec nos voisins du dessous et du dessus. (Humains ou pas…!).
Redécouvrir l’autre si on est en couple, en famille. (Plus on est nombreux, plus on est fous!)
Apprivoiser nos émotions qui sont exacerbées à cause du contexte un peu… légèrement anxiogène. (Je ne vois pas du tout de quoi on parle ? )
Observer les ombres au fil des heures (le jour bien sûr, avec du soleil).
Ecouter les oiseaux … ou supporter les cris des enfants. (Je préfère nettement les oiseaux )
Se relayer pour ne pas péter un cable. (Quel cable ? )
Ne pas oublier de danser, de chanter (même faux), de jouer.
Oser se déconnecter des réseaux sociaux, surtout des infos pour se recentrer, pour ne pas avoir la tête trop pleine. (Tête vide, cela permet de se rendre disponible et être plus vigilant).
Rester en lien avec nos proches par le téléphone, des mails, des whatsapps (vive le whatapps avec des cousins en Amérique, en Irlande ou en Calédonie).
Passé le temps de la sidération face à l’ampleur de l’actualité, s’organiser, s’instaurer une hygiène de vie. (Hygiène tout cours aussi tel que le lavage des parties int… bref et rasage etc… )
Parcourir sa bibliothèque et trouver des trésors oubliés. (Facile, j’ai encore des cartons de livres par encore déballés dans le garage, je vais en profiter :-D).

Aujourd’hui, j’ai commencé à sous-titrer ma conférence-théâtralisée qui a été filmée. 20 minutes en tout. Mon objectif ? La mettre en ligne un certains temps et pouvoir échanger avec ceux qui l’ont vu en direct.

Continuer à laisser le soleil se poser sur ma peau.
Profiter du silence quand ma fille de 3 ans fait encore sa sieste!!!

Demain, je ferai ma première sortie pour acheter des fruits et légumes chez des producteurs locaux. Faut bien manger, hein!

Allez, les gens, prenez bien soin de vous.
Laissez vous porter par votre créativité !

Le sous-titrage, accessoire ?

Bonjour à chacune et chacun,

J’aimerai faire un rappel :

– Le sous-titrage dans une vidéo n’est pas un accessoire. Ce n’est pas non plus un complément d’information. C’est une information nécessaire pour comprendre les paroles, les sons . Ce n’est pas une perte du temps, ça sera un gain de temps pour les personnes sourdes et malentendantes qui voudront suivre les vidéos.

Le sous-titrage sert même aux entendants s’ils veulent regarder la vidéo sans le son, pour ne pas déranger son entourage par exemple.

– Mais Vivien, c’est inesthétique, ça gâche l’image.
. Certes, construisons l’image pour laisser la place en dessous au sous-titrage. Le design ne doit pas desservir l’accessibilité et l’accès aux informations. Mais plutôt que le design prenne en compte ce paramètre.

L’accessibilité doit être automatique pour que les informations de tout genre, et pas seulement centré sur la surdité ou sur le handicap, puissent profiter à un maximum de personnes. De plus, il y a une charte et c’est obligatoire pour les grandes chaines de TV : https://www.csa.fr/Proteger/Garantie-des-droits-et-libertes/Les-droits-des-personnes-handicapees/Le-sous-titrage

Oui c’est du boulot mais nécessaire !

Au passage, l’inverse est vrai pour les vidéos en LSF ;-). L’accès aux informations doit être réciproque.

Merci à ceux qui pensent à sous-titrer leurs vidéos!