La colère sourde de Célia

Paroles en l’air plombant l’esprit.

Elle encaisse les remarques insidieuses.

Son cœur se serre, son ventre est bien pris.

Ses yeux s’obscurcissent. Son souffle est saccadé.

Des pensées de meurtres, de sauvageries.

Elle n’en peut plus de ses mensonges, de ses légèretés.

Elle est épuisée, sur les nerfs face à la connerie de l’autre.

Elle a trop encaissée, trop pris sur elle-même.

Non, elle ne veut pas se mettre en colère.

Peur des conséquences de ses actes.

Puis la porte claque, une fois de plus.

Seule dans la pièce, furieuse, elle serre ses poings.

Elle bouillonne. Elle hurle jusqu’à s’arracher ses cordes vocales.

Tremblements et sanglots. Tout ça pour quoi ?

A quoi ça rime de se taire et de tout encaisser ?

A quoi ça rime de ne faire que la gentille, la dévouée ?

Quelle récompense en retour elle a d’aimer sans compter ?

Et puis pour la première fois,

Elle va à la cuisine, ouvre un placard.

Elle prend des assiettes qui ne valent rien.

Puis elle est fracasse contre le carrelage.

Elle recommence encore, en criant en même temps.

Son compagnon, Didier, revient en courant.

«  Mais t’es folle ! »

Célia se retourne vers lui :

« Ne me parle plus comme ça. Qui es-tu pour me traiter de folle ? »

Elle laisse sortir sa colère en lui disant tout ce qu’elle pensait.

Didier est complètement décontenancé, penaud.

Célia lui demande de l’écouter jusqu’au bout.

Toutes les cartes sur table. Sans tabou.

Des mots crus. Elle est directe, sans détour.

Sans rien exagérer, elle rappelle les faits, les mots.

Elle dit ce qu’elle ressent, qu’elle n’en peut plus.

Vidée, elle s’assoit sur un tabouret.

Pour la première fois depuis des mois,

David la laisse silencieuse, à la regarder, sans jugements.

Les secondes s’écoulent comme s’écoulerait l’éternité.

Un apaisement insolent s’installe dans le corps de Célia.

Elle se sent soulagée, délivrée d’un poids.

Un téléphone sonne. David ne bouge pas.

Célia ne l’entends pas complètement sonnée.

Fin de sonnerie. David s’accroupit face à elle.

Murmures d’une invitation à sortir marcher dans le parc.

Célia accepte après un temps de silence. Cela fait un bail qu’ils n’ont plus marché ensemble.

David a suspendu tout ce qu’il avait prévu de faire.

Les voici parti sans que nous sachions ce qu’ils diront.

Est-ce que David va pouvoir reconnaître ses erreurs ?

Nous pouvons juste espérer que Célia s’épanouisse en tant que femme libre, puis une épouse épanouie.

Non, la colère ne doit pas être étouffée.

La colère doit se dire au bon moment, pour désamorcer les tensions et avancer sur de bonnes bases, justes pour chacun.

Rien n’est facile. Rien n’est confortable mais chaque résultat compte et peut donne du fruit.

Soyez pas timides, venez osez dire des mots!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s