Chroniques d’un éducateur #19 Je te vouvoie ou je vous tutoie ?

Bonjour tout le monde, un débat qui pourrait ne pas en être une selon certaines personnes. Je parle bien de ce sujet dans le cadre de notre métier du social ou médico-social, et dans notre culture française. Même francophone, cela peut être bien différent.

De manière générale, on utilise le tutoiement pour nos familles, nos amis, nos proches et des collègues.
il est clair que nous nous adressons pas de la même manière selon le public que nous accompagnons, et selon l’âge du public, et de notre âge. Quoique !
Pour les enfants, pour ma part, cela n’a pas de sens de les vouvoyer. Les tutoyer mais avec respect, cela va de soi. Car le tutoiement est perçu comme familier dans certaines situations.

Le recours au vouvoiement manifeste souvent une démarche de respect. Le vous est le pronom de la politesse et s’implique souvent que nous ne connaissons pas les personnes.

Pour ma part, lors de mes intérims, je commence à tutoyer quand la personne me donne l’autorisation, et quand il y a un lien de confiance qui s’est établi. Je parle surtout dans des foyers de vie ou des foyers d’accueils médicalisés où j’y vais depuis quelques temps. Oui, je sais, le vouvoiement permet de garder une distance professionnel. Pour ma part, le tutoiement n’est pas de l’infantilisation, enfin, quand je l’utilise. Je sais que le vouvoiement permet aussi de ne pas créer d’intimité dans la relation éducative, et je le conçois parfaitement.
Il y a aussi une question hiérarchique. Je comprends parfaitement que les coordinateurs / coordinatrices, chefs de services vouvoient les personnes accompagnées.

Le vouvoiement garantit alors une neutralité émotionnelle alors que le tutoiement nous implique plus dans la relation. Nous prenons le risque du lien. Alors que dans notre métier, il est important de pouvoir garder une distance professionnelle tout en gardant une chaleur humaine et respectueuse de la personne.
Par moment, je trouve que le vouvoiement impersonnalise trop et que le tutoiement permet de reconnaitre la personne dans son intégrité, et d’être dans une relation égalitaire. Tout dépend bien sûr de la posture que nous avons, de quel public nous accompagnons.

Alors, et vous ? Comment fonctionnez-vous avec le tutoiement et le vouvoiement ?

PS : J’ai du me concentrer pour écrire le titre de cet article 😀 !

7 réflexions sur “Chroniques d’un éducateur #19 Je te vouvoie ou je vous tutoie ?

  1. Maux&Cris 6 juillet 2021 / 8 h 25 min

    Pour le choix entre tutoiement et vouvoiement, mon père me disait « Faut-il mieux dire Tu m’emmerdes ? ou Vous me faites chier ? »
    C’est une manière de voir les choses, mais ce n’est pas la seule…
    Belle journée.

    Aimé par 2 personnes

  2. leblogemisanse 6 juillet 2021 / 11 h 16 min

    « Nous prenons le risque du lien », j’aime bien cette phrase ! Et le vous nous permet de prendre nos distances, de ne pas laisser l’autre trop s’approcher dans certaines situations, c’est donc aussi se protéger.

    Moi, j’ai un problème avec le vous hiérarchique, qui est souvent à sens unique.Je ne vois pas pourquoi un·e supérieur·e hiérarchique me demanderait de le.la vouvoyer alors qu’il.elle se permet de me tutoyer. Si le vous doit noter un respect, alors ce respect doit être réciproque et le « vous » aussi, sauf s’il y a un accord commun entre les 2 personnes sur la manière de s’adresser la parole.

    Comme tu dis, le tutoiement n’implique pas forcément un manque de respect et le vouvoiement pas forcément un vrai respect non plus.

    Perso, je choisis le tutoiement, dans 90% des cas au moins. À part dans un cadre très formel, ou bien avec des personnes âgées que je vouvoie au départ. Par la suite, je vois, je m’adapte, comment on se sent dans notre relation.

    Aimé par 3 personnes

  3. Mébul 6 juillet 2021 / 11 h 53 min

    Certains couples se vouvoient et je trouve cela sexy et séduisant mais bon, rapport à ton sujet, le vouvoiement met une distance qui doit être respectée suivant les convenances en circulation et le tu est parfois galvaudé, exagéré dans le sens : on est une famille (même boulot) alors on se dit tu. Je pense que c’est une frontière à franchir avec consentement.
    Cela me fait penser à la chanson ‘lost song’ de Gainsbourg, chanté par Jane : « … tu me dis vous après tu »

    Aimé par 1 personne

  4. malyloup 6 juillet 2021 / 12 h 37 min

    ma fille est sage-femme et elle a travaillé pendant deux ans en Polynésie et ce qui lui avait fait énormément de bien c’est de constater que là-bas, tout le monde se tutoie quel que soit l’âge, le statut social ou autre….elle trouvait que la vie en était facilitée pour tout le monde car aucune question à se poser (question que tu poses justement aujourd’hui 🙂 )
    pour ma part, je suis plutôt tutoiement, y compris sur les blogs car j’ai envie que cet espace soit par essence plus convivial et ‘égalitaire’ que dans la ‘vraie’ vie…mais ce n’est pas évident pour tous les blogueurs 🙂
    dans mon travail, je tutoyais mais je demandais qu’on me tutoie en retour, y compris avec les enfants….le vouvoiement évoque pour moi un ascendant sur l’autre plutôt qu’un respect
    on pourrait en discuter pendant des heures et plutôt que d’avoir, comme les allemands, rajouté une formule spéciale de ‘politesse’ dans leur conjugaison, je préférerais qu’il n’existe qu’un ‘tu’, comme en anglais 😉

    Aimé par 2 personnes

    • lesouffleurdemots 6 juillet 2021 / 13 h 06 min

      Merci pour ton retour. Cela fait bien plaisir de lire la même vision des choses.
      En langue des signes, il n’y pas de vouvoiement non plus 😀
      Tout est question de posture !
      Belle journée à toi

      Aimé par 1 personne

      • malyloup 6 juillet 2021 / 15 h 27 min

        et bien voilà encore un bon point pour la langue des signes (en plus d’être accessible à tous les bébés, y compris entendants bien sûr) 🙂

        Aimé par 1 personne

  5. André 6 juillet 2021 / 18 h 31 min

    J’ai été enseignant pendant de nombreuses années : les élèves ressentaient le vouvoiement, quand il s’adressait à eux, comme presque insultant, et le tutoiement plutôt comme un signe de bienveillance.
    Dans les milieux ouvriers où j’ai aussi travaillé, le vouvoiement, même envers des collègues plus âgés, était perçu comme hautain.
    Je suis naturellement ”tutoyant”, mais j’ai toujours vouvoyé mes beaux-parents, pour qui j’éprouvais pourtant une profonde affection …
    Dans ce domaine, les nuances sont innombrables.
    Les Espagnols tutoient facilement, et les Sud Américains n’arrivent pas à se défaire vouvoiement.
    Diable, Vivien, tu (heu, je peux ? 😉) nous as embarqués dans une fameuse pelote à démêler…

    Aimé par 1 personne

Soyez pas timides, venez oser dire des mots!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s