Antoine

C’est ainsi qu’il s’en va mendier aux devantures des boulangeries.
Plus de toit. Plus de famille. Plus de boulot. Plus de dignité.
Il voudrait bien s’abriter sous des ponts, dans des bergeries.
Mais le froid le poursuit, le torture de tous les côtés.
Il arrive à se procurer de l’alcool pour se réchauffer.
Il voudrait de ses douleurs en faire un autodafé
Pour essayer de survivre jour après jour, hagard.
Ballotté entre des hébergements d’urgence et taudis,
Il noue des liens avec des compagnons avec égard
Puis dans l’ivresse, se déchirent pour un maigre radis.
Un jour, un vrai regard, un geste le redresse
Dans son identité, dans son chemin de vie houleuse.
La chance lui sourit enfin avec des sourires qui le caressent.
Il va au-delà de ses hontes, de ses humiliations
Avec le temps, avec ses paroles déposées, ses actions
Lui permettent d’avancer malgré sa misère, ses galères.
Cet homme s’appelle Antoine, aux yeux bleus d’éther.

Soyez pas timides, venez osez dire des mots!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s