Un animateur en EHPAD #10 Dans la tête d’une résidente

Depuis le temps que je voulais écrire un texte sur ce sujet, c’est fait ! Inspiré bien sûr de ce que j’ai pu observer lors de mes passages dans les chambres en animation. Bonne lecture !

C’est long d’attendre de partir
D’être aux cieux pour voir mon amour sourire.
Mes yeux se ferment chaque nuit
Pour espérer un jour sans bruits.

Entendre une douce éternité
Dans ma chambre, seule à répéter
Mes gestes et mots invisibles.
Je regarde un monde insensible.

Pourquoi suis-je né pour la liberté
Pour bientôt mourir dans la dignité ?
Pourquoi vivre et risquer l’amour
Pour s’éteindre dans la solitude des jours ?

Pourquoi vivre une vie féconde
Et gémir aux dernières secondes ?
Pourquoi avoir appris à grandir
Si ce n’est que pour souffrir ?

Peut-être que c’est dans ma tête
Mais l’invisible me foudroie, s’entête
à revenir par vagues imprévisibles
Tels des orages cévenols, invincibles.

Parfois un doux regard m’apaise
Me berce sans moqueries, sans fadaises.
Oui, je ne suis que grabataire
Et je ne peux que me taire.

Dites-moi, suis-je condamné au silence
Pour subir de la négligence ?
Je voudrais seulement mourir en paix,
Finir de vivre dans le respect.

Copyright Vivien Laplane – Septembre 2020

8 réflexions sur “Un animateur en EHPAD #10 Dans la tête d’une résidente

  1. Soizic 21 septembre 2020 / 8 h 01 min

    C’est un très joli poème plein de douceur de respect
    Belle journée à toi

    Aimé par 1 personne

  2. Harmony 21 septembre 2020 / 8 h 39 min

    Très beau poème,Vivien.Il est très touchant car il est empreint de vérité mais la réalité est tellement triste.
    Bonne journée à toi.

    Aimé par 1 personne

  3. vanadze17 21 septembre 2020 / 21 h 46 min

    Très beau poème qui met le doigt sur la réalité dure et sans nom… Très touchant. 🌞

    Aimé par 1 personne

  4. soene 22 septembre 2020 / 7 h 47 min

    Hello Vivien
    Quel poète tu es.
    On devrait avoir le droit de choisir le jour de sa mort. Mais peut-être que lorsque les années pèsent vraiment dans le compteur d’une vie, n’a-t-on pas vraiment envie de partir pour de bon ?
    Le « passage » est redouté par la plupart des humains…
    Ton texte reflète bien la fin de presque tout un chacun…
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

Soyez pas timides, venez oser dire des mots!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s