Je fais illusion

Je parle très bien.
J’entends correctement.
Il n’y a rien qui puisse penser qu’il y a un truc qui cloche.
Et pourtant je fais illusion.
Cela me demande de l’énergie d’entendre.
J’ai souvent besoin d’une pause auditive.

Je réponds au téléphone,
J’entends les oiseaux et la musique.
Je comprends ce que l’on me dit.
Et pourtant je fais illusion.
Car sans mon appareil auditif,
Je serai dans un silence total.

J’ai fait pleins d’études,
réalisé pleins de projets.
Tout a semblé facile.
Et pourtant je fais illusion.
On n’imagine pas mon vécu
Entre les larmes et les rires.
Entre les échecs et les réussites.
Puissance 10 !

Parfois, on pense que je fais exprès de ne pas entendre.
Parfois, on pense que je joue la comédie.
« C’est dans ta tête »
Je fais bien illusion.
Et pourtant c’est tout autre chose.
Je suis vraiment sourd
Avec tous ces inconvénients.

Je ne fais plus illusion
Quand je tombe à côté de la plaque
Dans une conversation.
Je ne fais plus illusion
Quand la fatigue me prend
Et que j’articule mal.

Heureusement, un avantage de ma singularité
C’est de rester sourd aux paroles négatives.

Rétrospective anniversaire « Sourd et certain »

Bonjour à tout le monde, cela fait deux ans que j’ai fait imprimé le livre « Sourd et certain » à 500 exemplaires + 200 exemplaires l’année d’après. Il m’en reste 65 exemplaires.
Les livres se sont retrouvés en Belgique et au Québec, et bien sûr en France dans toutes les régions.
Ce projet de publication s’est fait grâce à la campagne Ulule et qui a été un succès grâce, en partie à l’APIRJSO puis un de mes partenaires Talentéo pour la communication de mon projet (Il a fêté ses neufs ans fin février! ).

Mon livre a permis de faire de belles rencontres à travers des salons, mes conférences-théâtralisées « Au secours, j’ai un collègue sourd », des colloques.
Voici quelques photos souvenirs :-).

Mars 2019 à l’auditorium de Chaponost
Au Colloque du Bucodes à Paris
avec Dhafer, octobre 2019
Au salon Autonomic de Rennes
Début octobre 2019
Mensuelle APADLO septembre 2019
Salon Handica à Lyon
Mai 2019

Pardon ? vous ne savez pas de quoi parle le livre ? Voici une piqure de rappel (pas douloureuse !)

Vous hésitez à l’acheter ?
Voici quelques retours que j’ai pu avoir 🙂

« Sourd et certain » de Vivien Laplane. La surdité est simplement et joliment mise en mots. Pour mieux comprendre et surtout mieux communiquer 😉

Catherine S

Je confirme sûr et certain, très bon livre

Séverine

Bravo Vivien enfin dans la lumière qui s’oralise comme un rayon de soleil

Aurélie

Ton livre est très clair, très accessible avec des mots simples.Très agréable au niveau lecture

Secret confidentiel 😀

Je viens de terminer la lecture du livre « Sourd et certain » de Vivien Laplane. Un livre constitué de plusieurs petits textes, que je recommande grandement et que l’on devrait mettre entre les mains du plus grand nombre. Un livre qui apporte un regard fort intéressant sur la vie d’un sourd entendant dans sa vie personnelle et professionnelle et qui nous ouvre les yeux sur les difficultés qu’il peut rencontrer dans son quotidien et ses relations aux autres. Un livre qui rappelle que c’est à nous, entendants, de nous adapter au handicap par de petites actions simples, qui faciliteront la vie des personnes vivant avec, comme par exemple : s’exprimer face à la personne qui n’entend pas bien ou encore ne pas parler tous ensemble lorsqu’on est en groupe. Bravo Vivien Laplane pour cet ouvrage !

Nicolas M.

J’ai lu votre livre avec plaisir et j’ai découvert que ce n’était pas si simple de vivre avec la surdité ! j’aurai eu tendance à penser que la fait d’être appareillé permettait de tout résoudre. Autant pour moi. Mais on sort de ce livre avec le sourire grâce à la poésie et l’humour. Donc le message passe tout seul . .

Myriam P.

Merci pour ce livre qui m’a permis d’effleurer le monde du handicap, de comprendre le parcours, la volonté qui amène à l’espérance . C’est un livre pédagogique à diffuser, avec un beau message d’amour pour ses parents à la clé. Bravo

Anonyme

Cela vous tente ? N’hésitez pas à le commander et à en parler autour de vous, à votre médiathèque etc.
Pour le commander, cliquer sur l’image 🙂 et je vous ferai une dédicace !

Au Comptoir à Chaponost, septembre 2019 !

Chroniques d’un éducateur #6 Avantages et inconvénients du travail en intérim

Bonjour à tout le monde,
Même si j’ai bien passé 4 jours de travail en intérim la semaine dernière et au lieu de raconter mon quotidien , j’ai souhaité faire le point sur mon choix de travailler en tant que remplaçant, et de voir avec vous quels sont les avantages et les inconvénients.

Les avantages ?
. Liberté d’action
Tout d’abord, c’est pouvoir travailler à mon rythme avec les missions que je réalise aussi en libéral.
C’est la satisfaction aussi de pouvoir choisir les lieux de travail et répondre aux besoins des structures.
Je n’accepte pas n’importe quelle mission car je ne peux pas travailler avec tous les publics, pour ne pas me mettre dans des situations difficiles.
Variété de missions
Ensuite, c’est découvrir la richesse de la diversité des structures, et faire de belles rencontres tant au niveau des collègues et des résidents / jeunes.
. Agrandissement du portefeuille de compétences.
Cela me permet aussi d’élargir mes compétences et de pouvoir faire preuve d’adaptabilité et de créativité avec des publics très diverses. J’ai pu travaillé alors avec des adultes autistes sévères, des adultes IMC, des adolescents et jeunes déficients intellectuels soit en journée ou en internat.
. Mieux payé
Et bien sûr, si je passe par une agence d’intérim, j’ai des primes de précarité avec l’IFM (‘indemnité de fin de mission) et l’ICCP (indemnité compensatrice de congés payés).

Mais Vivien, et la relation éducative ? Qu’en fais-tu ?
Effectivement, cela fait partie des inconvénients dans l’intérim en tant que travailleur social !

Les inconvénients
. Précarité
logique car on ne sait jamais quelles missions j’aurai dans le mois suivant, c’est toujours de l’imprevu. Cela m’est arrivé d’avoir une semaine sans rien, mais cela devient rare car je commence à me faire connaitre. Mais ce qui est sûr, je n’ai pas de projets de faire carrière ni de décrocher un CDI à temps plein. Ce qu’il me faudrait, c’est d’avoir 3 fois 20% car pas mal d’éducateurs / éducatrices souhaitent travailler à 80%. Non, pas vous ?
. Relation éducative très passagère
C’est sûr que ce n’est pas très bénéfique pour les résidents, usagers quand il y a un remplaçant. Et pour ma part, il me faut ingurgiter pas mal d’informations pour ne pas commettre d’impairs. C’est pour cela que j’apprécie les lieux où ils ont un classeur pour les remplaçants, avec les récapitulatifs de chaque jeune et le déroulement de la journée type. J’apprécie quand c’est écrit car cela m’arrive de ne pas tout retenir auditivement.

Alors, pour ceux qui ont travaillé en intérim ? Comment le vivez vous ?
Et ceux qui accueillent des remplaçants, comment les recevez-vous ?

[Projet 52-2021] #8 – Boisson chaude

Bonjour à tous et toutes, pour ce samedi, j’étais bien chaud pour faire une mise en scène en rapport avec le thème du jour : « Boisson chaude ».
Je ne retrouvais plus de photos de boissons chaudes au coin d’une cheminée en hiver, avec une belle vue dans la neige etc…
Ou bien sur la terrasse d’un café dans un lieu sublime.
Pour ma part, c’est tout simple, j’ai du composer la photo, et en même temps, c’était une surprise pour ma femme :-D.
A force, vous allez connaitre mon salon avec toutes les autres photos que j’ai pu faire dans la même pièce.
Voici donc ma boisson chaude avec un petit mot doux du Yogi Tea.

Quelles boissons chaudes nous réservent les autres participants ?

T’écouter

Oui, je peux t’écouter
Me rendre disponible et t’entendre.
Accueillir tes mots sans jugements,
Sans idées reçues, sans me projeter
Oui, je peux t’écouter
Sans émettre de critiques, de conseils,
Sans ramener à mon vécu, ni comparer aux autres.
Ni même de tenter d’expliquer, d’analyser.
C’est toi seul que j’écoute
Là maintenant, et reconnaitre tes paroles
Et même ton visage, le ton de ta voix.
Je peux recevoir aussi tes silences
Quand tu as besoin du temps pour trouver tes mots,
Ou bien simplement pour pleurer, rire, respirer.
T’écouter pour que tu te sentes reconnu.
Je ne sais pas si je sais t’écouter
Mais ce qui m’importe,
C’est recevoir avec bienveillance
Tes cailloux, tes perles, tes sables,
Tes merdes, des boules puantes.
Etre juste un miroir
Et te redire ce que j’ai compris.
T’écouter avec ma présence.
En te regardant.
Je peux t’écouter parce que je suis prêt à t’entendre.
Parce que j’ai pu faire le vide en moi,
Laisser de côté mes préoccupations,
Mes fatigues, mes joies.
Mais si j’avais été épuisé, trop plein,
Je te l’aurais dit et on aurait pris un rendez-vous ensemble.
Ou bien je t’aurai demandé de me laisser un certain temps
Le temps de me recentrer et de ranger mon intérieur.
Pardon ?
Oui, écouter, cela s’apprend.
Et je peux malgré tout retomber dans mes travers
Mais avec l’expérience, on peut prendre plus conscience
Si on est dans une vraie écoute ou pas.
Puis se ressaisir.
Une vraie écoute, ce n’est que du positif dans les relations.
C’est un changement de regard qui nous permet d’éviter
des malentendues, des quiproproquos, de moins se faire peur pour rien.
Bien sûr, je ne suis pas parfait, je fais du mieux ce que je peux.
Je bavarde, je bavarde. Maintenant, place à toi.
Oui, je t’écoute
Jusqu’au bout !

Hé oh je t’écoute ! – Becs-croisés des sapins