Boite à outils du travailleur social

Boite à outils du travailleur social

  • Téléphone portable, avec répertoire des contacts nécessaires dont le samu… on ne sait jamais
  • Pansements, cotons et alcools pour soigner petits et gros bobos.
  • Un micro HF pour moins tendre l’oreille et écouter de manière confortable
  • Un crayon et bloc notes… pas la peine de dire pourquoi, hein ?
  • Une canne à pêche pour attraper les gamins ou les adultes fugueurs… ah non, cela ne rentrera pas dans la boite à outils
  • Un couteau suisse évidement pour des réparations de dernière minute (Bricolage, voiture qui tombe en panne)
  • Une gourde d’eau ou un thermos de café pour se déshydrater et tenir jusqu’au bout de notre intervention.
  • Des baskets inusables pour pouvoir courir dans tous les sens
  • Un coussin transportable pour nos pauvres fessiers lors des réunions d’équipe, des réunions institutionnels, etc.
  • Un petit mémo des sigles au cas où on aurait un trou de mémoire.
  • Une télécommande pour faire baisser le volume des personnes qui hurlent à longueur de journée.

Tout cela dans un sac à dos aux multi-poches, aux tissus indéchirables, imperméables.

Avec, en bonus : Un masque de cire reprenant exactement la forme de votre visage avec un grand sourire :

Souriez même si vous êtes déprimé.

 

La boite à outils vous est offerte*

sous conditions : paiement d’une somme de 1.152.145 euros soumis à la TVA.

4 réflexions sur “Boite à outils du travailleur social

  1. yurididion 3 juillet 2015 / 2 h 15 min

    Quel imaginaire! Personnellement, j’aurai tendance à y ajouter
    – un grand chapeau haut de forme, pour en sortir des solutions miracles
    – un pied de biche pour défoncer les bonnes portes quand c’est nécessaire.

    Et j’espère que vous vous réhydrater avec votre gourde. Le travail est déjà suffisamment épuisant comme cela, je ne vous souhaite pas en plus une déshydratation 😉

    J'aime

    • lesouffleurdemots 3 juillet 2015 / 7 h 27 min

      Merci beaucoup.
      ça fait bien 4 ans que je n’exerce plus mon métier, hélas mais je suis toujours proche de ce milieu malgré tout.
      Bonne journée à vous,

      J'aime

  2. Waechter 5 juillet 2016 / 21 h 27 min

    Compliments. Je ne connais pas le domaine social, mais…j’aime marcher. La rue et moi nous apprivoisons. Je la sais hostile, je sais que si j arrive a la traverser, j en sortirai grandi. Je croise ceux qui n y restent pas, et ceux qui doivent l affronter. Les seconds ont un avantage de taille : ils se savent en danger, comme exiles, ils ne connaissent pas (plus) ce confort qui rend si indifferent. En sursis, s ils ne reagissent pas ou osent demander de l aide ce sera fini. Les premiers sont-ils deja morts ?

    Aimé par 1 personne

Soyez pas timides, venez osez dire des mots!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s